Google
 

samedi 1 août 2009

L’inconscience politique des Musulmans

De puis notre berceau l’on nous chante qu’il ne faut pas faire de politique, surement un reflexe de nos parents qui eux ont vécu dans des régimes autoritaires où l’expression de la conscience politique était refoulée dans les tréfonds de leur âme. Les régimes en place, ont su exploiter nos peurs afin de mieux assoir leur domination sur nos esprits. Aujourd’hui dans nos démocraties on nous demande de nous atrophier de la nature de notre être la dimension religieuse dans l’espace public. La conscience du musulman n’est pas dissoluble dans une quelconque forme de dichotomie de circonstance. Une réalité est naissante, celle d’une jeunesse décomplexé de son identité vivant au rythme de leur foi. Hier esclave spirituel des dictâtes de régimes odieux aujourd’hui rebelle dans leur âme pour une liberté de conscience qui permet l’insoumission au matérialisme et aux fausses idéologies qui tentent de se substituer au divin. Vivre sa foi dans une prise de conscience plutôt que de la subir par héritage là ce trouve la différence entre les anciennes générations et les nouvelles générations chez les musulmans éveillés.

Nous autres occidentaux n’arrivons pas à comprendre qu’il n’y ait pas de séparation entre la « Mosquée et l’Etat » dans la conscience des musulmans. La réalité est que nous sommes en occident convaincu que la liberté de conscience a été acquise par la séparation de l’Eglise et de l’Etat, si ceci est une vérité ici, elle ne l’est surement pas là bas. Tout le monde sait que la politique est la science, l'art et la manière de gouverner un Etat ou une société civile, et d'y organiser le pouvoir. Mais cette politique, quelle que soit la couleur, on ne peut envisager des projets sans que nos convictions les plus profondes nous orientent consciemment ou inconsciemment dans les choix et les orientations. Cela comprend aussi bien des affaires publiques d'un Etat que des actions mises en œuvre par les partis dans le but d'accéder ou de participer au pouvoir. Définir une politique en Islam consiste à fixer les principes et les lignes de conduite dans le but d'atteindre la justice en tout premier lieu, de déterminer les moyens nécessaires pour y parvenir. Pour nous autre musulman la politique est un outil pour tracer une voie mais elle ne peut en aucun cas être maniée sans âme et encore mois sans raison. Aujourd’hui quel est le sens de la politique par ceux qui la pratique, nous ont-ils permis d’accéder à la liberté de conscience ? Au contraire l’anesthésie générale dans lequel les masses vivent aujourd’hui n’est rien d’autre que la liberté de soumission au capitalisme aveugle, à l’assouvissement des bas instincts et à une forme de fatalisme engendrer par un consumérisme liberticide.


Il est vrai que souvent les immigrés, les défavorisés, les inclassables, la France d’en bas, se plaignent de la ghettoïsation dans lesquels la république les a parqué. Avec un peu d’analyse et de la bonne volonté on pourrait prendre notre avenir en main par un sursaut politique. Un éveil des consciences chez les jeunes musulmans permettrait une implication très forte dans le paysage médiatique et politique en France et en Europe. Il est temps que les musulmans marquent de leur empreinte leur approche de la politique avec le sens de la justice et de la générosité que l’islam nous a inculquées. Agir dans la complexité des sociétés modernes avec une sincérité empreinte de respect à l’égare de toutes les différences doit être la priorité du musulman actif dans son engagement politique et sociale.


La liberté de conscience passe avant tout par une liberté de la domination des passions internes qui nous astreignent et nous limites dans ce pouvoir de dépassement de soi que la raison permet à l’homme. Les musulmans ont été conditionnés et vivent dans cette inconscience de l’utilité de la politique. Ce n’est pas des exemples de viabilités qui manquent pour illustrer la bonne intelligence entre la marche spirituelle et profane dans l’action politique. L’essence de la politique, chez les musulmans, réside dans la conscience de la responsabilité de l’homme en tant que comptable devant Allah pour mener à bien les affaires des hommes.


La séparation des Eglises et de l'Etat associée à la liberté de conscience (loi de 1905 pour la France) n’est pas une vérité transcendante. Supposons que ce soit une vérité pour l’église, peut on généraliser en faisant une généralité hâtive en affirmant qu’une église vaut une synagogue, une mosquée ou un temple… la séparation de l’église et de l’état n’est elle pas une spécificité Française ? Cette spécificité est elle immuable ? Est ce pour autant que les autres pays ne disposent pas de liberté de conscience ? Il ne faut pas se leurrer en pensant que la liberté de conscience est liée à la séparation de l’église et de l’état. La liberté de conscience ne peut elle être acquise qu’à travers le prisme de la séparation du spirituel et du profane ? La réponse est loin d’être évidente et simple si l’on prend la diversité des cultures et des histoires propre à chaque peuple et civilisation. L’Islam avec son approche unique du profane et du spirituel est la seule alchimie permettant d’unifier des peuples venant d’origine très diverse.


L’inconscience politique des musulmans est l’un des handicapes majeurs des générations à venir. En réalité en nous privant de politique on nous prive d’une partie de notre conscience religieuse. L’expression de la politique chez les musulmans ne peut en aucun cas se dissocier de leur foi qui est l’élément moteur de leur vie. Il est temps que les musulmans se réapproprient les arcanes de la politique dans le respect de l’éthique musulmane afin de devenir incontournable sur toutes les scènes de la société. La politique doit être ce qu’est la plume à l’écrivain pour le musulman.


Presque tous les pouvoirs politiques considèrent que l'islam est un danger pour leur stabilité et leur pérénnité. Ce qui peut se comprendre dans le sens ou l'islam dénonce avec force sans détour leur injustice et leur cupidité. Les musulmans éveillés représentent pour eux un danger s'ils deviennent trop nombreux, car ils ne sont pas aussi facilement manipulables. Encourager ou soutenir les efforts de stigmatisation et d’inhibassions de la conscience politique chez les musulmans, est un moyen pour les gouvernants d'annihiler tout esprit de rébellion par la promesse d'un lendemain meilleur sans la conscience politique qui pour eux en réalité n’est rien d’autre que la séparation du spirituel et du profane.


La conscience politique lorsqu’elle est présente chez les musulmans est un atout sans équivalent dans la promulgation d’une société juste et équitable pour tous les citoyens sans distinction de particularisme. Il est évident que toute liberté si il y a, elle doit être conditionnée par le respect, sans quoi ce n'est que haine.


R.A

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Donc pour résumé hors de l'Islam pas de salut?
L'idéal pour vous c'est que TOUS les peuples deviennent musulmans?

Anonyme a dit…

Vous ecrivez bien,mais il me semble que sous certaines formules tres bien tournees se cache egalement une intolerance a l egard d'autres cultures. En effet, il y a eu en France une separation de l'Eglise et de l'Etat. Chacun est en droit de remetrre en question le bien fonde de cet evenement,mais il faut aussi laisser au pays son Histoire.

J'avoue ne pas trop quoi savoir penser de votre idee de l islam et de la politique. Il ne faudrait pas non plus oublier que la France est un pays de culture chretienne.C est egalement dans une societe francaise a majorite chretienne que le concept de laicite est apparu.

Vous pensez donc a un systeme politique francais etroitement lie au respect des preceptes de l'Islam? En vous posant une pareille question,je dois certainement me mepremdre de vos propos!

ps: desole pour l'accentuation,j'ecris depuis l'Est de l'Europe (clavier qwerty)

Muslim News a dit…

merci pour vos commentaires,
au premier anonyme ma réponse est le salut des Hommes passent par la prise de conscience de leur existance en tant que créature dépendant totalement du créateur... quinous accorderait notre subsistance (eau, nouriture, oxygène...) si ce n'est qu'Allah (Dieu)... l'idéal c'est que tous les Hommes prennent la peine de s'interroger sur la création et sa finalité... le premier salut se trouve dans la reconnaissance de l'unicité d'Allah (Dieu), que l'homme est libre de tous mais que sa finalité et son être est soumise à Allah(Dieu). l'idéal se trouve au carfour de la remise en question de soi.... amicalement

Muslim News a dit…

au deuxième anonyme, je réponds merci pour le compliment et votre intérêt pour mes écrits.... détrompez vous et ne voyez aucune forme d'intolérance entre les lignes comme vous pensez le voir, j'ai trop de respect pour toutes les cultures et penser des peuples qui ont droit de choisir leur destiné parmi toute celle qu'Allah (Dieu) nous met à disposition... mon affirmation est que nous devons respect au valeur de la France mais pour ma génération la vision des choses est très différentes de celle de nos parents et arrière grand parents, car nous sommes français et nous faisons partie intégrante de la société de ce fait nous avons le droit comme tous le monde de faire évoluer et bouger les lignes de ce pays dans le respect de la démocratie et du respect des autres... du paganisme nous sommes passés par le christianisme, puis par l'athéisme ou plutôt un certain syncrétisme moderne qui aujourd'hui se trouve confronté à l'arrivé de l'Islam qui demande ni plus ni moins que les autres religions ou idéologies... jusqu'à un certain temps certes la France était de culture chrétienne mais aujourd'hui c'est différent car les mouvements des peuples et la mondialisation ont changé les vitesses de mutation aussi bien dans les idées que dans les cultures.... ce qui est important c'est que chaque peuple apporte le meilleur de lui même pour faire de ce beau pays un modèle de respect et de tolérance.... si j'appelle les musulmans à se politiser c'est pour qu'ils prennent leur destin en main dans ce pays et que l'on arrête de penser et de décider pour eux... amicalement

PS: merci d'indiquer un pseudo pour que je puisse suivre vos commentaires....

une musulmane a dit…

La laicité trouble la conscience humaine depuis qu'elle existe et je ne pense pas que cette thème sera un jours terminée. Mais au début du 21ème siècle nous sommes 6 milliard de gens sur la planète Terre et chacun présente une spécificité, chacun est unique de sa façon. Cela concerne aussi la religion à laquelle une personne appartient. Si on prend les plus grandes associations on trouve les chrétiens et les musulmans, les juifs devenant de moins en moins nombreux. Avant c'était des communauté séparées l'une de l'autre, maintenant ce n'est plus le cas, maintenant nous sommes tous mélangés. Et pour vivre bien comme ça il faut etre tolérant l'un envers l'autre. Dans ce cas la seule issue que je vois c'est la laicité complète, mais je veux souligner que la laicité n'interdit pas le voile. Rappelez vous les articles 18, 19, 22, 23 et 24 de la déclaration des droits de l'homme. Donc pour éviter des conflits il faut mettre en place une gouvernement laique, sinon on risque de tomber dans des affrontations affreuses entre les représentant de différentes religion. C'est ce qui est le mieux adopté à la société actuelle. Certes il faut une conscience claire et saine mais avant tout libre, et libre signifie pouvoir choisir, rien ne se gagnera par contrainte. Comme dit le Saint Coran nulle contrainte dans la religion.
Avec respect pour votre travail!

Hellyan a dit…

Je viens de "tomber" sur votre site, par hasard (même si je ne crois pas au hasard...).J'espère que je n'arrive pas trop tard:)

J'ai lu. J'ai ressenti une haine, envers beaucoup de personnes, quelque soit son appartenance a un groupe une religion, ou autre.

Pour ma part, je crois en quelque chose, pas Dieu, pas Allah mais autre chose.

Mais je respecte,tout comme vous (en espérant bien que ce ne soient pas des mots en l'air), je pense que le monde est divisé en trois, ceux qui construisent, ceux qui profitent et ceux qui détruisent.

Je pense que l'universalité des peuples est une route inévitable.Quand je parle d'universalité, j'entends que les frontières matérielles soient abolies.En France, nous avons instauré la Liberté l'Egalité et la Fraternité.Ces mots s'effacent au fur et à mesure du temps.Il faut nous battre, mais avec des mots.
C'est à nous , nouvelle génération d'abolir ces frontières.
Bien à vous.
Yann.

FPA a dit…

Belle plume !

Anonyme a dit…

Bonjour,

Comme le faisait remarquer il y a quelques temps dans une interview au journal Le Monde, abdelwahab Meddeb, ce qui manque le plus aux "révolutions" arabes, c’est l’absence de maitrise des concepts de la démocratie. Or de ce point de vue, l’inconscient politique des musulmans, issu d’un blog nommé "La parole du jeune musulman" et nonobstant le fait que l’on ne sait rien du ou des animateurs de ce celui-ci, montre que ce default conceptuel déborde largement de la sphère géographique référencée par A. Meddeb.
Trois thèmes de cet article me semblent décalés du réel.
L’auteur laisse supposer que la séparation de l’église et de l’état serait une spécificité française,
Qu’en France la liberté de conscience découlerait de la laïcité,
Que les pouvoirs politiques en France (lesquels ?) annihileraient toutes les volontés d’expression du politique des musulmans.
Trois réflexions qui laissent transparaitre une méconnaissance de la nature de la laïcité et de l’expression des forces politiques en démocratie.
Au demeurant je rejoins l’auteur sur l’importance et la nécessité d’expression politique de la minorité musulmane.

Cordialement         
Mihran E