Google
 

lundi 26 décembre 2011

Ya Rasulallah !


Ya Muhammad ! Du champ de mes péchés j'en reviens!
Tes paroles raisonnent dans ce cœur plein de remords !
Des rivières de larmes chaudes coulent à chaque prise de conscience !
 À la lecture de tes hadiths, mon cœur est en éruption!
Il tremble de la semence de ses actes !

Ya Muhammad ! Dans ce monde de désordre,
Mon cœur est amoureux de ta personne,
Mon esprit désemparé te réclame comme guide,
Mes yeux pleurent la douceur de tes recommandations !

Orphelin je suis sans ton souvenir,
Égaré je suis sans tes conseils,
Perdu je suis sans ta voix,
Mon cœur te réclame plus que jamais ! Ya Muhammad !
A ton évocation mes larmes abondent par amour pour toi !

Tu es la clé de la droiture de ma foi,
Tu es le plus parfait des maîtres qu’Allah nous ait offert !
Tu es notre guide spirituel à jamais,
Tu es l’ami des cœurs épris d’amour pour Allah !

Ya Rasulallah !
J’aurais voulu être ton compagnon !
Ma vie n’a de sens sans ton exemple !
J’aurais voulu être à tes cotés en prière ! Ya Rasulallah !
Laisse-moi admirer tes larmes !
Toi choisi par Allah !
Tu pleures ! par crainte et par amour pour l’Unique !
Quel avenir pour mon âme insouciante et timorée !
Mon corps tremble de sa hauteur à l’évocation de la Grande Assemblée!

Ya Rasulallah !
J’envie le souffle de ta foi,
De tes compagnons, constellations dans cette obscurité nous cernant !
J’envie ton courage inébranlable dans tes épreuves !
Je suis si loin de traduire mon amour pour toi dans mes actes !
Mon cœur se consume de ses larmes qui n’en finissent plus de couler.
Misérable fidèle je le suis ! Indigne de ton message je le suis !

Ya Rasulallah !
Mon cœur est une tombe sans ta Sunna,
Sans tes traces, je ne suis qu’une trace inexistante,
 Effacé par la brise de l’épreuve je le suis !
J’aurai voulu être à tes cotés dans tes premiers pas,

Ya Rasulallah !
Chacune de tes larmes en prière,
Sont des océans d’espoir dans notre quête de la Grâce d’Allah !
Sublime tu es comme prophète choisi  par Allah !
Extraordinaire tu es ! Comme guide pour l’Humanité !

Ya Rasulallah !
Tout amour sans ton amour est pur mensonge !
Dans les ruelles de mes passions !
Je suis face à l’épreuve si fébrile ! Ya Rasulallah !
J’aurais voulu être poussière sur tes souliers bien guidés !

Ya Muhammad ! Tu es certes le sceau des prophètes !
Contre vents et marées,
 Je porterai ton amour dans mon cœur en terre ennemie !

Sache que le secret de mon cœur,
C’est d’être en ta compagnie dans l’au-delà malgré mes illusions !
Je t’admire et t’aime plus que tout,
 Par Amour pour Allah !
Qui t’a fait miséricorde à l’Humanité. 
Que la Paix et la Bénédiction d'Allah soit sur toi! Ya Rasulallah!


R.A


P.S: Formule à dire après avoir cité Muhammad :

Arabe = SalaLLAHou 'alayhi wa sallam
Français = Que la Paix et la Bénédiction de Dieu soit sur lui

samedi 24 décembre 2011

Les cerfs-volants de Paris





Suspendu à mes sentiments,
Je suis prisonnier de ton amour,
Entre haine et passion mon cœur se déchirant !
Je suis dans les abysses des alentours,

Enchainé mon cœur est de toi,
Je suis acculé par ton charme,
Fait preuve d’indulgence envers moi,
Malgré mes actes infâmes,

Je suis dans les larmes,
De ton souvenir,
Mon état est en devenir,
Avec un cœur sans armes,

Ange ou démon tu es? Je ne puis répondre,
Mon cœur aveuglé, désire te prendre,
Comme tu es, sans jugement, ni préjugé,
À la vie et à la mort, il t’a élu domicile en son sein.

Notre destin est une histoire de cerf-volant,
Tu es une fleur au vent,
Dans ces instants d’étreinte sublimée,
Seul le parfum de ta sensualité m’est autorisé.

Mes mots pèsent sur ton cœur,
Ton regard m’échappe par pudeur,
Ta douceur apaise mon cœur en émoi,
Je suis indigne à la vie depuis toi.

Ma colère t’atterre sans détour,
Tu encaisses par amour à chaque heure,
Mieux que l’opium, ton amour,
M’adonne à une illusion de bonheur.

J’espère avoir ton pardon,
Avant mon dernier soupir,
Je te fais don,
De cet adieu avant le pire !


R.A

Génocide Arménien? Sarkozy le faiseur d'Histoire!



Un vrai scandale ce vote sur le soi-disant génocide arménien.... par pur contexte électoraliste ce misérabilisme de nos députés français qui se prennent pour les juges de l'histoire officielle avec notre ridicule président Sarkozy à leur tête font honte à la France! ... Ils ont démontré l'arrogance de la voix de la France donneuse de leçon alors que les crimes commis par notre pays la France dans son histoire sont sûrement incomparables à ce de l'empire Ottoman et de la nouvelle Turquie réuni, tellement nous avons fait couler le sang des peuples qui ont eu le malheur d’être sous notre hégémonie ....

Par principe et par la liberté qui est la mienne, je refuse de reconnaitre quelque génocide que ce soit si celui ci est imposé par des politiciens peu scrupuleux qui se prennent pour des historiens. Je refuse de reconnaitre le génocide Arménien au grand dam de nos députés opportunistes....

Seul un travail des historiens des deux peuples sans ingérence étrangère peut  nous amener à comprendre le sens de l'histoire....


R.A



jeudi 1 décembre 2011

L’Adieu à une Colombe



Ma colombe s’est envolée pour une terre lointaine,
Depuis, à chaque instant mon regard se tourne vers le ciel nuageux,
L’espoir du retour se vit au rythme de mon cœur abandonné,
Mon esprit a une envie d’envol sans retour malgré ses ailes abimées,

Ô instant magique d’une nuit, je t’ai perdu à jamais,
Mon cœur est dans la tourmente d’une frustration,
Mes yeux sont en larmes pour un repentir sans lamentations,
Mes émotions sont mêlées entre le désir de mon corps et la raison de mon esprit.

Ô lecteur de ces lignes de larmes,
Viens! écoute ce cœur en chagrin!  
Accorde-moi ta main pour redresser ce corps pris de lassitude,
Fais-moi le rappel qui apaise mon cœur !

Regarde ces lignes de mots qui transpirent les maux de mon âme,
Analyse les soupirs de ce cœurs abandonné qui attend sa colombe,
Assis sur le rebord de la fenêtre chaque soir,
J’attends un signe pour des larmes de jouissance.

Ce corps fébrile tente d’oublier l’inoubliable,
Cette chair porte les stigmates d’un plaisir plein de remords,
J’envie l’innocence de mon enfance dans le regard des pieux,
À chaque adhan, Ya Allah ! Ce cœur qui t’est voué,
Déverse de chaudes larmes ! À genoux pour une prière de pitié.

Prosternée mon âme refuse de se relever sans ta Grâce !
Mes larmes imbibent ce tapis témoin de ma solitude des Hommes,
Mes doigts s’agrippent à ce tapis qui est l’essence même de ma vie,
Mon corps tremble à l’idée de Te rencontrer avec autant de souillures,

Les océans ne suffisent pas à laver mes souillures,
Les montagnes sont trop fragiles sous le poids de mes erreurs,
Ya Allah ! Seul ta Miséricorde peut couvrir mes faiblesses,
Seul Ta Grâce peut soulager mon âme brisée.

Ya Allah ! Toi qui accorde Miséricorde et Grâce,
Aie pitié ! De mon être que les Hommes ont condamné sans pitié !
Guide ce voyageur égaré que je suis parmi ces pléthores de tentations,
Ya Allah ! Comment puis je me présenter à toi ! Saturé mon livre est !

Ya Allah ! Les épreuves de la vie obligent sans aucun doute,
À ne jamais désespérer de ta Miséricorde infinie!
À ne jamais désesperer de ta Grâce sans limite!
Peu importe le nombre de chutes! 

Revenir  à Toi avec un repentir sincère est la quintessence de la vie.   


R.A

mardi 29 novembre 2011

Le fardeau des lendemains



Lorsque le virtuel sublimé s’incarne dans une épreuve tant redoutée
Peu de citadelles peuvent résister à la sublime hésitation de l’épreuve,
Seul face à nos passions, l’étreinte inévitable s’accomplit pour une once de plaisir volé,
Epris par cette folie, je délecte cette ode du plaisir en effluve.

L’être humain que je suis constate avec effarement sa condition de néant,
Les fondations de mon être tremblant,
Face à une brise rafraichissant la fièvre de mes désirs combattus,
Je m’incline face au destin qui est le mien quelque soit l’issue.

Comme à l'opéra, une place, un destin en devenir tel un hymne à l'amour d’une tragédie grecque,
J’ouvre une fenêtre de mon jardin secret pour cette poétesse,
Déroutant ce cœur épris de sentiments et d’amour en politesse,
La partition d'un remord en éclosion se joue pour une nuit d'émotions et des larmes d’échecs.

Ma foi en suspend, telle une note oubliée, laisse mon corps à la merci de ses passions,
Mon âme traverse ce désert de foule sans provision,
Je n ai que mon esprit comme réceptacle des cris de mon cœur en effusion,
Cette marée humaine me transporte contre mon gré sur les rives de la perdition.

Je flotte dans ces ruelles telle une bouteille à la mer pour un sos de désespoir,
Je suis noyé dans cette foule et ce désordre de l'anonymat sans espoir,
Refoulé avec fracas par ces vagues de l indifférence, je me retrouve à l’envers,
Je me débats dans ces flots m'aguichant pour une descente aux enfers.

Plus aucun signe, plus aucune vibration,
Triste de cet amour prenant le large emporté par les vagues de la raison,
Les yeux rivés et mouillés implorant vers le ciel,
L'espoir d'une miséricorde suppliée pour une histoire partielle.

A ton souvenir, mon cœur souffre de tristesse,
L’élégance de ta prestance embellit mon cœur pris de paresse
Tes larmes inondent mon cœur noyé par le chagrin de ton absence
Je ne sais comment te demander pardon pour cette insolence

Si mes péchés avaient une odeur aucune déchèterie ne voudrait de moi,
Je suis dans les abîmes emporté par mes incartades me faisant proie,
J ai envie de me couper du monde, de me murer dans mon silence et ma solitude,
J’ai besoin de ressourcer mon âme pour un élan plein de repentir sans amplitude.

Porter par ma douleur mon corps s'abandonne sur le divan de l'agonie,
Mon regard cherche désespérément le souffle de sa bien aimée que le destin a éprouvé
Le temps a fini par épouser ma raison tandis que le présent reste l'amant de mon cœur affaibli.
Ma raison a traversé à contre cœur mes passions et mes faiblesses pour grandir en maturité.

Mon esprit critique sonne le glas d'une jouissance destructrice, face à l’évidence
Le temps a enfin rencontré la raison, mon cœur a trouvé le chemin du repentir.
Sans toi Allah ! Je ne suis que ruine de moi-même sans avenir,
Accepte ces larmes de remord de ce corps marqué à vie par tes épreuves pleines de sens.

R.A

dimanche 20 novembre 2011

Charlie Hebdo ou l’art d’une islamophobie sous la plume de la caricature

Une fois de plus, les limites de la soit disant liberté d’expression a consommé sans modération l’Islam pour mieux servir en pâture à l’instinct grégaire d’une société en mal de bouc émissaire avec une partie de ses concitoyens. Lorsqu’il s’agit de s’attaquer aux musulmans et de dénigrer ce qu’ils ont de plus sacré, l’unanimité de la classe politico-médiatique est d’une insolence et d’un orgueil affligeant. L’Hebdo-lâche qui a rien trouvé de mieux que de jeter une boule puante dans cette société en crise de confiance avec l’ensemble de sa population musulmane. Sous la plume de la caricature, ils attisent une haine artificielle pour aggraver les moindres scissions dans notre vivre ensemble.

L’instrumentalisation des bas instincts de nos dirigeants à des fins partisanes électoralistes et exactement de la même nature que les humoristes et caricaturistes qui provoquent pour une scission en semant les germes de la haine dans les poitrines. Le point fort des caricaturistes c’est leur capacité à développer un humour nauséabond orienté contre les mêmes cibles. Ce qui est dramatique c’est l’élégance de nos hommes politiques manipulateurs qui rentrent en osmose avec leurs ignobles trais de desseins abjects et la volatilité de leur humour.

On fait appel au dogme de la sacralité par excellence que l’on désigne par « la liberté d’expression » pour mieux dissimuler la bassesse des attaques contre les musulmans qui ne demandent qu’à vivre en paix et en bonne intelligence avec le reste de la société. La part la plus croustillante et  intéressant dans cette histoire est que les lâches et les traitres de la communauté sont débusqués au grand jour. Le soutien des rats de la république tel que le pseudo imam autoproclamé Chalgoumi et les dirigeants timorés de certaines organisations pseudo-musulmane qui trainent dans les égouts de la traitrise et de l’hypocrisie pour avoir le droit à une minute de lumière médiatique permet à l’ensemble des musulmans de découvrir ceux qui agissent pour satisfaire leurs égos et ceux qui œuvrent pour l’Islam sans trahir l’éthique musulmane.

Dans cette histoire où l’émotion prime sur le rationnel, on accuse les musulmans sans preuve, mais ce n’est pas grave ! de toute façons ils sont considérés tous comme des terroristes potentiels ! ou au mieux comme des intégristes en devenir ! oui en devenir ! A nous musulman de profiter de chacune de ces attaques lâches pour utiliser l’arme de la sagesse qui vaut mieux que tous les actes violents que certains aimeraient voir exploser au sein de notre communauté pour mieux nous stigmatiser et trouver des arguments à leur haine à notre encontre.

Agissons avec intelligence en utilisant notre seul arme qui est notre foi dans cette religion musulmane qui impressionne, qui intrigue et qui remet en question tout individu qui se trouve dans sa sphère d’influence. Notre meilleure stratégie d’attaque c’est une parfaite connaissance de la vie de notre prophète Muhammad (sav) qui répondait avec sagesse dans les situations les plus critiques. Notre base arrière et notre source sont le Coran et la Sunna du prophète Muhammed (sav). Nos munitions sont l’amour et la générosité inépuisables que l’Islam nous enseigne pour un partage sans fin. A l’image des compagnons et des pieux prédécesseurs qui ont par leurs exemples influés sur leur environnement sociétal malgré l’hostilité de leurs ennemis nous pouvons relever ce défi que le présent et l’avenir nous lancent.

Vous défendre avec les armes du savoir et de la connaissance pour expliquer l’Islam et détruire les clichés cela ne fait pas de vous un intégriste ou un anti républicain et encore moins un anti liberté d’expression. Si un quart de cette insulte était faite à nos concitoyens juifs on aurait eu une levée de bouclier sans précédant… mais bon il faut attendre d’avoir un génocide des musulmans de France par ces fachos de la pensée islamophobes pour avoir le même respect que certains privilégiés.

Nous demandons aux représentants musulmans et aux intellectuelles une condamnation sans équivoque et sans demi-mesure de ces caricatures blasphématoires, violentes et gratuites qui stigmatisent et blessent les musulmans. Dénoncer avec force et conviction ce genre de dérive est du devoir de tous citoyens conscients des enjeux du vivre ensemble au-delà de nos croyances et de nos convictions. Aujourd’hui c’est au musulman que l’on s’en prend demain se sera les catholiques et après demain les juifs…La liberté d’expression ce n’est pas la liberté d’insulter ni la liberté de dénigrer une communauté et encore moins la liberté de blasphémer la sphère priver de leur conviction.

Les musulmans ont un rôle fondamental dans cette guerre d’usure psychologique que l’on veut nous imposer, nous devons apprendre notre religion et le vivre pleinement pour faire connaître notre belle religion à l’ensemble de nos concitoyens. Si nous vivons sincèrement l’Islam alors la force et la splendeur de son message aura un tel impact que les ennemis d’aujourd’hui deviendront les fervents défenseur de l’Islam comme nous le montre l’Histoire des Hommes qui ont su regarder et écouter son message avec le cœur et la raison. Notre comportement exemplaire vaut mieux que tous les ouvrages pour expliquer l’Islam à nos concitoyens non musulmans.

Il est évident que le langage de la violence n’est pas celui du musulman conscient des enjeux et des pièges qui leurs sont tendus, mais delà à jeter l’entière responsabilité sur les musulmans excédés par les actes islamophobes et les matraquages médiatiques dont Charlie Hebdo n’est qu’un exemple parmi la constellation de groupes islamophobes qui cherchent à entretenir une guerre civile psychologique au sein de notre société.

On ne peut s’empêcher de poser la question simple à qui profite le crime de cette profanation et de ce blasphème gratuit des symboles de l’Islam ? Comme si les morts et les violences engendrés par les caricatures Suédoises n’avaient pas suffit. La bande d’irresponsable puérile et pourri gâté de Charlie Hebdo qui a voulu jouer avec le feu au nom de ce pseudo concept de liberté d’expression dont les limites sont très variables selon la cible, n’a fait en réalité que dévoiler au grand jour l’islamophobie de cette équipe de facho d’intégriste laïcarde.

Si le but de cette opération de Charlie Hebdo est de jouer avec les nerfs et les émotions à fleur de peau de certains musulmans ordinaires qui ont un esprit léger et le sang chaud… c’est réussi le but est atteint. Est-ce un calcul ou de la pure folie de la part de Charlie Hebdo que d’avoir pensé qu’il pouvait insulter l’Islam sans que cela n’exacerbe les musulmans. Une fois de plus, on aime s’attaquer aux minorités en touchant au sacré et à la sphère privé de la croyance des citoyens musulmans. Rien de plus facile caser du musulman, pour faire du chiffre à des fins mercantiles en usant des méthodes indignes et abjects de la part d’un journal qui se veut à la pointe de l’ouverture et de la remise en question fait froid dans le dos.

La liberté d’expression chez Charlie Hebdo c’est la liberté d’insulter, d’offenser et d’exacerber les musulmans. Ce journal comme par hasard à une seule cible l’Islam et parfois les catholiques mais comme par hasard jamais les juifs! Il est vrai que ces derniers sont des saintes nitouches et qu’ils ont une influence très importante dans toutes les sphères de la société française ; politique, média…. Avez-vous un souvenir d’une violente diatribe contre les Juifs dans la presse à grand tirage ? Mais la connivence des intérêts financiers et les pressions des sionistes de France les mets à l’abri de ce genres d’insultes et de provocations gratuites.

Est-ce que c’est en provocant les extrêmes que la société peut évoluer dans le bon sens ? Le Pen et sa bande sont des enfants de cœurs à coté de ces pseudos gauchistes qui utilisent l’arme de la caricature pour mettre en exergue leur haine profonde à l’encontre des valeurs qu’ils ne partagent pas.

La liberté d'expression c'est d'avoir le droit de dire ce que l'on pense, et non pas de rechercher la polémique et la provocation pour ensuite jouer les outrés et les martyres bâillonnés par le carcan de la bien pensance.

R.A

mercredi 2 novembre 2011

Une épreuve sans fin





Le soleil se lève, une nouvelle page de mon registre s’offre à moi,
Ma vie défile comme une ombre fuyant la lumière accourant,
Je ne sais quel chemin prendre dans cette vie de tentation m’emportant,
Ô  Mon âme! Ressaisis toi avant que l’on fasse sans ménage pour toi.

Mon cœur se serre sans que ma raison ne prenne sa révérence,
Mon esprit est dans la tourmente sans que mon cœur ne puisse lui offrir une référence,
Mon âme cherche refuge dans les bras de la sincérité en vain,
Mon corps cherche les plaisirs futiles dans les fours à pain,

La vie est-elle une drogue pour cet être de chair que je suis?
Malgré moi, les jouissances de la vie rendent mon corps insatiable
Chaque jour une dose d'adrénaline se fait sentir comme un crucifie dans ma chaire
J'écris pour mettre des mots sur les maux que mon être doit supporter

Je discute et me confie pour alléger le poids de mon fardeau
Telle une femme implorant ton secours pour son enfant perdu,
J'implore ta Grâce et ton secours Ya Allah !
Que puis-je faire pour gagner ta clémence ?

Chacune de mes repentances s'envolent
Face au premier souffle des épreuves que tu m'as destiné,
Ya Allah! Pourquoi maintenir une vie qui s'abreuve des jouissances interdites ?
Que faire d’un être qui n’a raison d'être ?

Indigne de ton amour je le suis, indigne de la vie je le suis,
Lâche je le suis face à mon devoir de musulman,
Mes yeux se mouillent à chaque fois que ton souvenir me traverse,
Ya Allah ! Donne-moi la force de saisir l'anse de ta félicité.

Permets moi de ne pas rougir de honte face à ton rappel qui inonde ce cœur de pierre,
Ne me laisse pas tomber dans les travers qui m'insupporteraient le miroir matinal.
Pourquoi les nectars des plaisirs se trouvent dans les fruits interdits de la passion ?
Ô Allah! Écoute ce cœur qui gémit dans la solitude de sa destinée

Ya Allah mes larmes ne finissent plus de couler à ton souvenir,
Accorde-moi ton Amour que je souhaite unique dans mon cœur,
Dans cette solitude me trahissant à la moindre épreuve dont je m’écœure,
Je n’ai que le langage du cri du cœur pour supplier ton pardon et ta miséricorde.

Ya Allah ! pourquoi autant d’ingratitudes de ma part à ton égard 
Tes bienfaits sont infinis à mon égard
Toi qui m’as accordé un pilier d’une robustesse sans faille
Toi qui m’as accordé deux étoiles que tous le monde admirent  

Ya Allah ces sanglots sont pour toi !
Aie pitié de cette âme qui ne pourra supporter de trahir ton dépôt,
Ya Allah! Le monde est devenu trop étroit pour cette âme,
Fais que ma vie en suspend ne quitte cette vie sans l’obtention ta grâce.


R.A

jeudi 20 octobre 2011

Les larmes de ma plume


Il y a des nuits où mon esprit s’exprime avec insolence,
Mon cœur se tétanise face à l’épreuve de la solitude,
Sur le champ de bataille face à mes démons, mon courage est si fébrile,
Ma foi est en danger dans les abîmes de mes passions secrètes.

Mon regard si bien maîtrisé, la nuit est trahie par la détermination de l’aube,
Mes yeux rougissent à ton souvenir Ya Allah au lendemain de remords naissants,
Il y a des angoisses du cœur que seul un autre cœur peut comprendre,
Il y a des larmes que seul le miroir de ta vie peut essuyer.

Tends moi la main ma bien aimée que je puisse me relever pour un repentir sincère
Offre moi une étreinte de chaleur pour ce corps glacé par les aléas de la vie
Grande est ma déception face à la réalité de mes engagements sans lendemain
Pourquoi tant de fragilité dans la nature même de mon être en déroute

Je m’accroche à l’espérance d’une lueur de grâce Divine
J’implore une miséricorde pour une âme dépourvue de raison
Tends moi la main pour un voyage initiatique au repentir
Montre moi les jalons de la réussite dans cette vie de fracas

Mes yeux sont asséchés par les larmes de mon cœur
Mon esprit a perdu la raison de sa critique
Mon âme se délecte dans une insouciance de circonstance
Ô Allah ! Que suis-je sans Ton égard pour mon âme en perdition
Ya Allah ! Fais que le dernier souffle de ma vie soit destiné à Ta gloire

Mes amis ont tenté de me consoler en vain
Les livres ont essayé de me distraire sans succès
La musique m’a égaré sans que je n'y trouve le rythme de ma vie
Futilité est la vie de mes passions en dehors de ton adoration
Vestige est mon âme au-delà de tes limites bafouées

Ya Allah ! Il n’y a que Toi qui puisses arrêter les larmes de ma plume !
Ya Allah ! Il n’y a que Toi qui puisses sécher le registre trempé de mes péchés!
Ya Allah ! Fais que ma dernière invocation me permette l’obtention de Ta clémence!
Ya Allah ! Fais que le dernier cantique de mon soupir soit la shahâda !

R.A

mardi 20 septembre 2011

Jamais sans ton Amour

               Esprit Critique & Pensée Libre a le plaisir de vous inviter à commander ce magnifique recueil de poèmes intitulé: Jamais sans ton Amour de l'auteur Aydin AYTEN.

Dans un style poétique épuré avec une étonnante subtilité du langage qui mélange émotion et sincérité du cœur , l’auteur de cet ouvrage nous invite, à travers la langue de Molière, pour un voyage aux confins des affres de l’évidence. Ce voyage initiatique nous permet de sentir l’essence même de l’Amour. Cet Amour qui siège dans le cœur de celui qui malgré les aléas de la vie, incline son esprit et son cœur à l’adoration d’Allah.

La beauté et l’originalité du style rendent cet ouvrage unique pour tous ceux qui aiment s'imprégner du rappel d' Allah par le langage du coeur. La force de cet Amour, que la sincérité du cœur a transmis à l’esprit dans le style poétique, fait naître le frémissement de la foi à celui qui prête ouïe à ce recueil.

Ce livre interpelle nos consciences pour mieux enraciner dans nos cœurs l’Amour suprême que tous les êtres recherchent au plus profond de soi. Face aux affres de l’évidence, cette quête devient source de jouissance et de plénitude de l'âme. « Jamais sans ton Amour » est un recueil de poèmes où la mélodie des vers accompagne la profondeur du message afin de mieux nous élever spirituellement et goûter aux délices de l’apaisement du cœur et de l’esprit à travers un rappel sans équivoque à l’essentiel.

R.A

 info sur l'Auteur : Aydin AYTEN né en 1976 à Aksaray en Turquie, vivant en france depuis 1983.


Pour recevoir votre exemplaire commander ici ou  écrire à info.critique@gmail.com en indiquant vos coordonnées et l'adresse de livraison pour tout paiement autre que PayPal.
Livre format A5, 208 pages
Prix: 10 € + 5 € Frais de port

Livre disponible dans les Librairies suivantes: 

Librairie Tawhid 8 rue Notre Dame 69006 Lyon
Librairie Tawhid 9 bis Bd Belleville 75011 Paris
Librairie Essalam 135, Bd Ménilmontant - 75011 Paris
Librairie Al Kitab 11 rue Moret 750011 Paris 

Extrait du livre Jamais sans ton Amour  : 

Page 10 fin de l'introduction

...Avant d’ouvrir nos cœurs à ses cris d’amour, de crainte et d’espoir qui résonnent dans ce qui va suivre, collons oreille à sa poitrine pour entendre quelques-unes de ses convulsions d’amour en murmure :

« …Bien que je ne puisse rien t’offrir sans qu’il ne vienne de tes dons, accepte de moi cette humble reconnaissance à ton égard. Au nom de ce parfum d’amour qui se dégage du lien de foi me reliant à toi, prends donc en compassion ce cœur qui te voue ses battements. Combien j’aurais voulu te rencontrer sans la moindre trace de pêché. Mais hélas sous leur poids je m’écroule dans ton espoir. Que ta pitié m’atteigne avant que la mort ne me rattrape. Autant brûler en Enfer plutôt que de perdre ton amour. C’est pour toi cet amour même si du tien je ne suis digne. Accepte de ce pauvre que je suis, ce peu que je te tends…
      D’une eau qui n’est autre que ces tendres larmes qui coulent en flots dès lors que ton souvenir effleure ma pensée, la terre de mon cœur n’est point aride pour ta noble semence. C’est un champ qui se donne à la culture de ton Amour.
A chaque lecture de ton Coran, un nouveau monde s’ouvre à moi.
A chacune de ses méditations, c’est tout un univers que je traverse.
A chaque pleur qu’il provoque en moi, c’est un dépassement de soi qui se réalise…
De ton Amour ô mon Bien-aimé, mon cœur n’est jamais rassasié. Même si tous les grains de sable du désert de la vie se transformaient en goutte d’eau pour former un océan, point cela ne me désaltère tant que ton souvenir ne se trouve en mon sein.
Ainsi est en toi ô mon Bien-aimé Allah, ma soif intérieure qui ne s’éteint que quand ton Amour m’atteint… »

.......
   
Page 105
....
Même si je n’ai nulle place dans ton Paradis sans fin,
Même si on m’annonce que ton Enfer de moi a faim,
D’un amour pour toi, seulement pour ce que Tu es,
Ô Allah, je continuerai jusqu’à sans fin à t’adorer.

Page 132
       L’arc-en-ciel des différences

Ô toi humain, rejetant ce qui de toi est différent,
Est d’Allah la différence qui de Lui nous venant,
Interpellant les esprits se montrant reconnaissant,
Différence des signes qui, en Allah, nous éveillant.

Sache qu’inspirer à Allah, c’est inspirer au meilleur,
Est meilleur quiconque à Allah ouvre tout son cœur.
Ô oui, ni race inférieure ni même couleur supérieure,
Tous égaux, en responsable, devant Allah Créateur,

Ta couleur et sa couleur forment cet arc-en-ciel,
Que tous deux admirent sa beauté dans le ciel,
Elle, lui, toi et moi tous ensembles sous ce ciel,
Qu’on s’aime tous pour Allah, c’est l’essentiel.

Page 140

....
La peur ne doit faire taire la raison,
Ni la faim faire admettre les poisons,
Face à l’injuste voulant s’assouvir,
Se dresse la vérité que l’on n’ose dire.
...

Page 169
       Appel au secours

À l’aide ! Ô Allah quand de ses crocs la vie me dévore,
Plus de force en moi, si ce n’est ton espoir en mon for,
Plutôt souffrir sous les crocs que faire subir des torts,
Jusqu’à me dévêtir de la vie dans l’abîme de la mort.

Point je ne pleure pour la chose qui en moi ne demeure,
Ôté pour ton Amour de peur qu’il ne quitte mon cœur,
Que serai-je quand je meurs si je déplais au Créateur,
Allah, en ton Jour où la peur retentit à toute heure.

Me voilà devant toi, tout démuni de mes forces,
Sous le poids des pêchés qui au pardon me force,
À ta merci je le suis, pour te plaire je m’efforce,
Mon Allah, seul unique détenteur de la Force.

samedi 28 mai 2011

Vous avez dit Islamiste!!!?

En ces temps de modernité débridé, la société ou plutôt les gendarmes de la bien pensance imposent des définitions à tout vent, comme si du haut de leurs tréteaux artificiels ils avaient le monopole du contenu et de la substance des mots qui sont semés dans les champs lexicaux que la populace ira cueillir une fois que les germes de la discorde seront mûr pour goûter et propager les fruits de leurs maux. I’islamiste serait d’après certains, l’aboutissement d’une mutation dont la finalité ne peut être autre chose que ; terroriste potentiel ou intégriste invétéré. Les musulmans qui manquent de courage ou de conviction sont tétanisés à l’idée que l’on qualifie leur pratique, leur attitude, leur conviction religieuse et leur positionnement politique ou idéologique, d’islamiste.

Être ou ne pas être islamiste ou qualifier d’islamiste ? Comment se positionner pour nous musulman dans ce torrent de qualificatif où chaque mot est galvaudé et dénaturé de son sens premier. La versatilité des mots et de leur sémantique selon les contextes et les acteurs concernés nous font perdre notre latin et notre lucidité. Ne soyons pas incrédule il faut affronter la réalité avec discernement sans être timoré face à notre destin de musulman vivant en occident dans un environnement hostile pour notre identité spirituelle et politique. Le bouclier du musulman est sa foi en Allah et son glaive est sa science basée sur le Coran et la Sunna du Prophète (sav). Notre cœur et notre raison ont pour obligation d’œuvrer pour la justice et le juste milieu.

La mécanique de dénigrement que les musulmans pratiquant subissent est tel que peu importe les esquives ou la fuite en avant que certains adoptent pour plaire à l’opinion ambiante. Les musulmans soucieux du regard d’autrui n’ont en réalité que le choix entre un sécularisme aseptisé des moindres traces de foi qui les coupent d’une partie de leurs frères en religion ou un discrédit du double langage pour les juges de la bien pensance.

L’islamiste est par définition un défenseur de l’islamisme qui se comprend avant tout en occident par une approche politique se décrivant comme une idéologie se réclamant de l’Islam qui a des ambitions sociales et politiques, son effort porte sur la conduite des hommes et prône la solidarité et la fraternité au sein de la communauté, des valeurs éminemment respectable que chacun peut revendiquer. Jusque-là pas de problème, là où tout se complique c'est le fait que cette « idéologie » ou "régle de vie" prend sa source essentiellement dans la Charia qui plus qu’un code de conduite, est un ensemble de lois régissant tous les aspects de la vie. Il faut se rendre à l'évidence c'est la Charia qui pose problème et qui déclenche l'hystérie et la haine chez ceux qui combattent l'islamisme.

Il faut comprendre pour nous autre musulman, que le vrai problème pour les pseudo-intellectuels qui se définissent comme les lumières de la modernité et du progrès c’est la Charia qui est combattue à travers leur rejet de l’islamiste et de l’islamisme. L’occident mais également certains pays à majorité musulmane dont la pratique laisse à désirer doivent comprendre que la notion de Charia et tout ce que cette dernière comprend est le cœur même de l’Islam dans sa transcription pratique. Aucun Musulman censé ne peut accepter de rejeter la Charia tout en se proclamant Musulman. Le Musulman est par définition viscéralement attaché au Coran et à la Sunna du Prophète Muhamed (sav) donc à la Charia. Le musulman est par défaut un islamiste si l’on doit se positionner sur l’acceptabilité ou pas de la Charia au regard des sociétés sécularisés.

Où sont les musulmans qui ont le courage de leur conviction et de leur foi ? Jusqu'à quand allons-nous baisser la tête de peur d’être taxé d’islamiste ? Doit-on avoir honte de notre héritage spirituel ? Doit-on vivre pour le regard d’autrui au détriment d’une quintessence de nos convictions ? Quel est le but recherché par nos détracteurs de pacotille ? Pas besoin d’avoir fait de grandes études, leurs intentions sont aussi limpides que l’eau de roche, nous devons à leurs yeux pratiquer un islam à l’image de ce qu’ils ont fait du christianisme ou du judaïsme. Pour eux les musulmans doivent récrire le Coran et la Sunna pour une adaptation à cette soit disant modernité dont ils prétendent avoir l’unique définition et la paternité. Alors, pour ceux qui veulent plaire à cette intelligentsia anti-islamique, il ne vous reste plus qu'à affirmer haut et fort que vous êtes musulman de culture ou que vous prenez de l’Islam que la partie philosophique au sens folklorique avec une aseptisation accentuée de la pratique de tout ce qui peut sortir du canon définissant l’épicurien des temps modernes. Vous devez pour eux troquer l’au-delà pour un ici-bas d’errance.

Pour ceux qui ont une étincelle de foi sincère en Allah et un brin de respect pour le Prophète Muhamed (sav), il est évident que si l’érosion finie par aplatir les plus grandes montagnes, nous ne concéderons pas une once, pas un atome de notre conviction totale au Coran et à la Sunna du Prophète Muhamed (sav) que notre cœur et notre raison ont embrassé par conviction et non par simple héritage. Les fondements et la pratique de l’Islam d’un point de vue spirituel et politique ne pourront jamais être scindés en deux pour une utopique justice de la démocratie que l’occident tente d’imposer par la force au reste du monde.

L’Islamiste propageant l’islamisme donc défenseur de la Charia ! Voilà l’apostrophe qui touche le point sensible des adversaires de l'islam. Ils ont inventé mille et un qualificatif afin d’établir une traçabilité de son origine spirituelle et politique. Le regard extérieur a sans nul doute la hantise de l’union sous l’unique bannière de l’Islam. Pour la société sécularisée il faut être inspiré pour trouver toutes sortes d’attribues pour qualifier le musulman et l’islam afin de définir son niveau de toxicité ou de dangerosité pour la société. Rien de plus simple que de semer le doute et la confusion dans l’esprit des musulmans en les plaçant chaque jour devant des dilemmes artificieux pour au final les précipiter dans la tourmente d’une crise d’identité avec de surcroit une anxiété chronique qui les empêche de se défendre en public.

Si pour certain être un islamiste c'est avant tout de respecter la charia telle que le défini le Coran et la Sunna du Prophète, alors quoi de plus naturel que d’être fier d’être un islamiste pour le musulman. Doit-on altérer notre religion et nos convictions dans un irénisme empreint d’hypocrisie outrancier voir même blasphématoire simplement pour le paraitre ?. Les musulmans doivent se libérer de ces carcans artificiel que les médias partiaux nous imposent pour mieux nous flétrir et nous murer dans le silence. La force de notre identité spirituelle est islamique avec des règles et des principes que l’on nomme Charia. Refuser la Charia c’est sortir de l’Islam pour le musulman. Il faut savoir que le Musulman pratiquant embrasse l’Islam dans sa globalité sans renier un iota du Coran et de la Sunna du Prophète Muhamed (sav).

Certains voudraient nous faire croire que « Etre musulman est une chose, être islamiste en est une autre » alors que c’est une absurdité totale pour peu que l’on connaisse l’Islam et ses fondements intrinsèques qui en font sa force. Pour ceux dont l’esprit est déconnecté de la critique, il est vrai que par les temps qui courent cette approche timorée permet un confort éphémère et une paix sociale de convenance. Mais celui dont l’esprit est critique et qui ne recherche ni gloire ni reconnaissance des hommes, sait que la finalité c’est la satisfaction d’Allah peu importe le regard ou le jugement d'autrui.

R.A

jeudi 5 mai 2011

Oussama Ben Laden Martyr ou terroriste ?


Le conditionnel de la langue française est une garantie dans le traitement de l’information essaimée par les médias contemporains. Il est du devoir du musulman en ces temps de conformisme intellectuel et du politiquement correcte de défier les lois de la pesanteur de la bien pensance. Un homme et ses proches viennent d’être abattus froidement par un crime d’Etat sans que cela n’émeuve les hommes épris de justice. Ayant grandi dans une république ou la notion de droit  pour tous, sans distinction de la gravité de l’acte est au centre de la société, je suis stupéfait par la réaction puéril de nos hommes politiques et nos intellectuels en France. Pascal disait « La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique » les Etas Unis viennent de faire la plus belle démonstration de leur tyrannie.

Un homme vient d’être abattu par les troupes américaines, le monde entier semble être dans une liesse morbide assoiffé par une vengeance qui se devait d’être  sanglante et théâtrale pour sacraliser cette peine de mort sans jugement. Les pays qui se revendiquent des droits de l’Homme affichent une attitude jubilatoire dans l’exécution de la loi du talion œil pour œil dent pour dent. Notre siècle ne connaitra surement pas toute la vérité sur les attentats du 11 septembre 2001, mais il est évident que l’homme dont l’occident célèbre l’exécution restera le bouc émissaire du 21ème siècle pour justifier la politique de l’impérialisme américain dans le proche orient.  Cette mise en scène hollywoodienne du meurtre de Ben Laden  au Pakistan, fait oublier le sang et les crimes commis tous les jours par les Etats-Unis et leurs Alliés dans le reste du monde. Les forces soi-disant en lutte contre les terroristes commettent chaque semaine autant de victimes que ceux du 11 septembre. Ce qui pitoyable c’est la facilité avec laquelle l’Europe et d’autre pays se font manipuler par les Etats-Unis.

Si Ben Laden est un terroriste que penser de l’hégémonie occidentale sur le reste du monde. Que penser des droits de l’Homme à Guantanamo ? Que penser des tortures de la prison d’Abu Ghrahib ? Des victimes civiles tuées par les drones américains en Afghanistan ?  Du massacre des palestiniens, du génocide de Gaza à petit feu ? ...      

Le concept et la notion de justice aurait elle une face judéo-chrétienne comme l’histoire de France et de son identité tant discuté ces derniers temps… Mais où va t'on ? Si les états se mettent à traiter le droit et la justice avec des méthodes qui n’ont rien à envier aux vrais terroristes que l’on dénonce et que l’on combat. Ce consensus sur la méthode et la célébration d’un crime d’Etat est plus qu’ inquiétant. Jean Bothorel disait «  Le consensus, c'est l'aliénation joyeuse ». Quel spectacle pitoyable que de voir la soumission des états Européens au Etats Unis face à ce crime contre le Droit au sens noble que tout être humain est en droit d’avoir pour sa défense dans le cadre d’un procès, par simple respect à la mémoire des victimes.

Comment porter nos opinions et notre voix dans ces tsunamis médiatiques qui font de chaque musulman possédant un esprit critique vis-à-vis de la vision officielle du cours de l’histoire, un négationniste, un défenseur de la théorie du complot , d’un terroriste en puissance ou d’un intégriste pour l’accusation la plus légère à défaut ? Comment ne pas être révolté par la violation et le non respect du corps qui n’a pas eu le droit à une inhumation selon les règles islamiques ? Par ce non respect et cette énième humiliation, les américains ont fini par  faire d’Oussama Ben Laden un martyr aux yeux des musulmans et de tout ceux pour qui il faut en finir avec l’impérialisme et la tyrannie américaine. Ils lui ont donné une fin qui réuni tous les ingrédients pour le passage du symbolique au mythe du martyr Oussama.   

Pour le musulman qu’elle que soit les crimes commis par l’homme chaque être a le droit à un traitement digne. Les américains viennent de commettre trois crimes : priver la communauté internationale d’un procès, tuer un homme sans défense et humilier sa dépouille en ne respectant pas le rite mortuaire de sa communauté d’appartenance. Si le monde baigne dans une liesse effrayante pour un temps, combien d’Oussama et de Ben Laden ce meurtre va-t-il engendrer ? Combien de civiles doivent ils payer pour la vengeance aveugle et l’orgueil de nous autres occidentaux ?

Ce qui est grave, au sein de la communauté musulmane, c’est le manque de conviction et de détermination dans leurs opinions en publique, de peur de paraître en décalage avec la tendance générale, nous mimons de la tête et de la bouche alors que notre raison et notre cœur pensent le contraire. Il faut cesser l’hypocrisie du jour et l’honnêteté de la nuit.   Quelque soit la monstruosité des actes d’un musulman, nous ne pouvons excommunier un musulman, certes nous pouvons condamner et dénoncer ces actes mais en aucune manière nous sommes dans notre droit de le juger car seul Allah connaît les cœurs et leurs intentions.

En tant que musulman, que le monde entier sache que la mort d’Oussama Ben Laden ne me réjouit pas ! Pas plus que la mort de n’importe quel être humain que l’on accuse sans preuve et que l’on exécute par meurtre  sans jugement ni défense. Le monde a-t-il perdu tous les repères et les valeurs du droit de l’individu au sens des droits de l’Homme qui nous sont chantés à longueur de temps.  Au nombre de mort, l’administration et la politique américaine  est la pire des organes terroristes à caractère étatique que la terre n’ai jamais porté. Combien de guerre, combien de dictateurs entretenus et armés, combien de victimes et de dommages collatéraux ….. La liste des chefs d’inculpations est tellement longue  que l’océan tarirait si elle était l’encre des juges pour noter la barbarie des Etats-Unis et de leurs Alliés.


Finalement, si Ben Laden est l’auteur de l’attentat du 11 septembre 2001, alors la soi-disant première démocratie au monde vient de le surpasser par sa barbarie, tant par la porté symbolique que par les actes de celui qu’elle présente comme le diable en personne. La méthode employée par les Américains est un crime contre les droits de l’Homme pour les puristes du droit à la justice  et un sacrilège pour les hommes de foi pour qui tout homme à droit un jugement avant sanction  même capitale.

Combien d’être humain sont capables de sacrifier l’opulence et les richesses que la vie accorde à la naissance pour mourir en martyr de ses convictions ? Il est évident  que Ben Laden n’est pas un ange mais il est loin d’être l’incarnation du mal que les médias veulent nous faire admettre lorsque l’on connaît le casier judiciaire de ceux qui se prennent pour des justiciers de l’axe du bien contre l’axe du mal.  Les  musulmans resteront tiraillés entre le rappel de ces deux versets du Coran d’une part  « Et ne dites pas de ceux qui sont tués dans le sentier d'Allah qu'ils sont morts. Au contraire ils sont vivants, mais vous en êtes inconscients.» (Sourate 2, V154.), « A Allah appartient la royauté des cieux et de la terre. Il donne la vie et Il donne la mort. Et il n'y a pour vous, en dehors d'Allah, ni allié ni protecteur. » (Sourate 9, V 116) et d'autre part le poids de la complaisance par simple irénisme.

Que dire du Pakistan et de son gouvernement qui une fois de plus font hontes à la communauté musulmane qui constate chaque jour plus d'humiliation. Quand est ce que les musulmans vont chasser les traitres et les corrompus qui sont au pouvoir et  qui collaborent avec ceux qui piétinent la dignité et l’honneur de la communauté Islamique. Où sont la fierté et la dignité de ce  grand pays qui vit sous perfusion des Etats Unis à cause de la corruption et de ses suppos.

L’odeur des traitres et des lâches se distingue parmi mille parfum, un jour viendra ou chaque personne  qui aura commis ou contribuée à la mort d’un innocent devra rendre des comptes devant Allah. Là où certain absous leurs péchés en réduisant leurs victimes au silence par élimination, le musulman se doit de dénoncer avec force l’injustice et le non respect de la dignité humaine de quelque nature que se soit.    

Qu’un homme commette des crimes relèves de la folie,  mais que penser d’un état qui commet chaque jour des milliers de morts par des interventions directs comme en Irak, en Afghanistan, en Libye….que dire de ces états qui occupent et pillent les richesses des pays envahies et occupés sous prétextes humanitaires ou d’exportation de la démocratie alors que leurs seuls intérêts sont économiques et stratégiques.  Pour les guerres en cours, sans parler des crimes ignominieux commis dans le passé, combien de 11 septembre avons-nous chaque semaine. Le numéro un  des ventes d’armes dans le monde ce n’est pas Ben Laden,  c’est bien les Etats-Unis… Combien de 11 septembre ont commis l’armée sioniste en Palestine depuis la création de cette imposture du siècle qu’est l’Etat d’Israël entretenu et soutenu par les Etats-Unis, l’Europe et les dictatures Arabes ?       

Les médias  occidentaux et certains médias des pays arabes font un matraquage de la joie que procure la mort physique d’Oussama Ben Laden (si elle est avérée bien entendu) comme si ce tsunami médiatique ne nous laisse aucune autre option que d’aller dans le sens de l’opinion générale. Si ce crime ne vous rend pas joyeux alors vous êtes suspect. Les donneurs de leçons ont fait de la vie un jeu en dématérialisant  la mort et en désacralisant la vie.  

La  résonance de ce crime orchestré et prémédité,  reflète bien l’état d’esprit américain.  Les États-Unis jouent les shérifs de l’ordre du monde et pratiquent la loi du talion de manière aveugle. Que la mort de Ben Laden ne soit pas une injustice au sens éthique de la vengeance du peuple américain manipulé depuis le début est un fait, dans la mesure où il est difficile de considérer pour les américains que Ben Laden soit un innocent,  lorsque l’on connaît le mensonge d’Etat pour justifier l’invasion de l’Irak et de l’Afghanistan. Mais que dire au sens du droit? Où est passée la notion de la justice qui se traduit dans tous les pays civilisés en une institution qui obéit à des règles et à des lois? Ici les victimes resteront sur leur faim, et le coupable sans procès est victime de la tyrannie et de l’orgueil d’un pays en mal de vengeance. C’est la meilleur fleur que l’on est pu faire à Ben Laden en éliminant sans procès ni jugement.

D’un point de vue humain Oussama Ben Laden, aussi diabolique soit-il aux yeux de l’opinion biaisé par les axiomes d’inculpations gratuites, avait droit à un procès, à s’expliquer sur ses actes. Un autre exemple fut le procès de Saddam Hussein, qui fut jusqu’à son exécution tout sauf l’illustration de la justice. Il ne suffit pas de s’en tenir aux apparences. Mais a-t-on même véritablement voulu capturer Ben Laden ? Sa mort arrange les affaires des Etats Unis car si justice il y avait, la nature véritable de l’administration américaine serait apparu au grand jour. Tous les dictateurs ou les hommes manipulés par la CIA sont préférables morts plutôt que vivant. L’évidence est aussi limpide que l’eau de roche.   

Les crimes reprochés à Oussama Ben Laden  étant des crimes internationaux aux yeux de la communauté internationale, il aurait dû être confié à la cour pénale internationale (CPI). C’était devant elle que justice pouvait être rendue pour que le vrai du faux puisse être discerné pour la postérité et la justice. Or, les États-Unis n’ont même pas ratifié la CPI. La raison est simple, l’idée que leurs militaires et leurs services spéciaux puissent être jugés par d’autres qu’un tribunal américain leur est insoutenable. Ils connaissent la porté de leurs crimes et de leurs injustices sur les autres peuples, mais leurs intérêts sont à leurs yeux bien plus précieux que le sang des innocents qui coule à flot au quatre coin du monde à cause de leur hégémonie tyrannique. Alors je vous pose la simple question, qui est le terroriste et qui est le martyr dans cette obscure histoire ? 

La mort physique si il est avéré de Ben Laden ne laisse pas indifférent la conscience de chaque Musulman pratiquant ou non. Dans l’esprit de beaucoup de musulman doit prendre position surtout pour ceux qui vivent en Europe. Que chacun le sache le musulman est dans les camps de la justice et de la paix. Il est défenseur de la vie et non propagateur de la violence et de la mort. C’est uniquement dans le cas de légitime défense qu’il est en droit de se battre tout en se soumettant au code et aux règles qu’impose l’Islam.    

Cette article va surement en irrité plus d’un, mais le courage du musulman est de décrypter les événements tels qui sont même si il faut aller à contre courant car mon but est l’agrément et la grâce d’Allah peut importe les jugements de valeur que les hommes porteront sur mes propos. 

R.A 

lundi 25 avril 2011

Art & Liberté


Les synapses temporelles et circonstancielles entre le monde de l’art au sens pur et la liberté d’expression au sens pratique génèrent des frictions qui implosent  les passions partisanes et communautaires dans un déchainement où l’émotion a tué la raison acculée. Chacun à tour de rôle se pose en victime, défendre leur droit d’exister quelque soit le prix de cette notoriété éphémère. La monnaie d’échange de la liberté est souvent le prix du sang versé pour sacraliser un acquis certes précieux mais jamais éternel. Si il devait y avoir un bien commun et partageable entre les peuples et les civilisations, ce serait bien l’entendement de la notion même de liberté. Elle est une aspiration commune aux hommes dans une transcription relative dans la vie selon l’environnement et l’époque donnée. Prétendre que nous avons la liberté d’expression au sens large du terme c’est une illusion collective qui rassure les consciences contigües des donneurs de leçons en matière des droits de l’Homme et des libertés fondamentales.   

Jusqu’où l’homme est il prêt à aller pour une conception de la liberté toute relative et égocentrique. L’artiste qui produit de « l’art » pour mettre en exergue la bassesse de l’Homme n’a d’autre but que de satisfaire son appétence. La liberté des uns engendre l’oppression et la dictature des autres. Dans tous les systèmes politiques ou sociétaux, la liberté n’existe que par son antonyme, peu importe le modèle de gouvernance. De ce fait, la liberté d’expression au sens large n’est qu’une distorsion de la réalité qui se régit par des lois coercitives à géométrie variable selon des critères ethniques, raciaux, nationaux ou religieux voir philosophiques.  Finalement la liberté des libertés n’a pour véritable espace d’expression que notre conscience qui se nourrit de la puissance régénératrice de l’imagination que nous développons au fil de notre existence  et de nos expériences.  

L’artiste à travers son art, si il en est un, car si tout le monde est par essence l’artiste de quelque chose, la réciproque est loin de faire l’unanimité. Si l’art est une forme d’expression primaire  universelle dont nul n’a le droit de s’approprier sa porté symbolique ou philosophique une fois « créée », il n’en reste pas moins qu’elle est au même titre que d’autres formes d’expression telles que la spiritualité, la religion... un moyen de manipulation et d’affirmation élitiste que les hommes mettent en avant pour déployer leur puissance et assouvir leurs ambitions egocentriques et iniques. Sous un angle différent mais similaire, le sport permet de concourir dans une démarche proche de l’utilisation et de la finalité de l’art comme un moyen de domination d’une nation ou d’un peuple lors des grandes messes collectives organisées dans les temples du culte de la performance, du geste et du corps.  

Les soi-disant  artistes,  à l'instar des kamikazes  veulent  par désespoir, marquer le coup avec un maximum de dégâts, utilisent  l’art à  des fins d’existence médiatique pour créer du buzz et scinder une société en deux afin de compter leurs partisans. Comment se positionner pour accepter l’inacceptable dont le cœur haï mais que la raison tente de trouver mille excuses et circonstances atténuantes. Ceux qui sont en mal d’existence virtuelle ou numérique, dans le contexte de notre époque se lancent des défis à celui qui va le plus choquer ou le plus révulser les âmes sensibles. Ceci reste vrai dans le monde de l’art mais également dans la littérature, la politique, la philosophie… tous ces éléments indispensables au vivre ensemble, au lieu d’être employés à bon escient, sont utilisés pour déstabiliser les masses avec des moyens et des procédés affligeants et ignominieux pour extirper du fond des êtres sensibles les réflexes simplistes que sont la haine et la violence. Et qu'on ne vienne pas parler de liberté d'expression. La liberté d'expression c'est d'avoir le droit de dire ce que l'on pense, et non pas de rechercher la polémique et la provocation  pour ensuite jouer les outrés et les martyres bâillonnés par le carcan de la bien pensance.

Nelson Mandela nous donne une belle conception de la liberté il nous dit « Je ne suis pas vraiment libre si je prive quelqu’un d’autre de sa liberté. L’opprimé et l’oppresseur sont tous deux dépossédés de leur humanité ». Ceux qui parlent le mieux de la liberté sont ceux qui ont subi la plus violente oppression et privation de la part de  ses semblables.  Il faut apprendre à vivre la liberté comme une contrainte qui nous oblige à prendre en compte dans chacun de nos actes la dignité et le respect de nos semblables qui ont des approches et des conceptions différentes de la notre. Le sens de la responsabilité individuelle et collective doit nous contraindre, même si cela est en contradiction avec notre définition de la liberté, à un mieux vivre ensemble.

L’art qui trouve sa quintessence dans la création première est malheureusement dénaturé de sa fonction initiale. Il est censé donner des outils et un langage propre aux hommes pour  permettre une élévation spirituelle. Elever la condition de l’homme grâce à l’art est le privilège de tout humain en quête de vérité existentielle. La pratique de l’art par l’artiste doit permettre aux hommes une prise de conscience de son destin dans la finalité de son existence qui s’inscrit dans l’Art du Créateur.

La vraie liberté en islam est d’être rebelle et combattre toute forme de soumission autre que celle à Allah. La liberté est par essence avant tout un combat entre ceux qui cherchent la vérité et ceux qui veulent cacher la vérité. Sa quintessence première réside dans sa nature propre qui est le souffle de la vie dont le Créateur nous a fait grâce et miséricorde pour un laps de temps. La liberté pour le musulman c’est l’art d’infléchir toute aspiration de l’âme et du corps pour obtenir la grâce et la miséricorde d’Allah.  

R.A