Google
 

samedi 22 septembre 2012

La liberté de la Haine en France version Charlie Hebdo




A nouveau, les brigades fascistes de Charlie Hebdo ont envoyé leurs missives explosives au cœur même de la communauté musulmane de France. Les dommages collatéraux causés par leurs traits pseudo-humoristiques mais surtout terroristes d’un point de vue intellectuel, qui plus est médiatisés à outrance, marqueront pour longtemps l’esprit des musulmans en France et dans l’entièreté du monde musulman.

Il est évident que, même s’il ne faut pas confondre l’action de ces plumitifs primaires qui font de la haine sélective leur fonds de commerce avec celle de la voix et de la position de la France vis-à-vis de ses citoyens musulmans et de l’islam en général, il n’en reste pas moins que ces insultes gratuites causent et causeront des préjudices graves au sein même de la société française en troublant l’ordre public en France, et porteront atteinte à la sécurité de nos concitoyens expatriés et aux intérêts de la France au-delà de nos frontières .

A chaque provocation, il est compté des dizaines de morts dans le monde entier. On a pu le constater avec les caricatures danoises ou récemment avec le misérable film anti-islam. Au nom de la liberté d’expression peut-on accepter l’inacceptable lorsque cette dernière engendre l’incitation à la haine et à la violence en provoquant des morts? Il est étonnant que lorsque les musulmans s’expriment on leur rappelle souvent que la liberté des uns s’arrête là où celle des autres commence. Le souci avec cette très belle devise est qu’elle est appliquée et rappelée de manière disjonctive à sens unique lorsqu’il s’agit des musulmans. Plus étonnant est le refus du gouvernement d’accorder le droit aux musulmans de manifester contre les caricatures de Charlie Hebdo, alors que ce dernier a, lui, au-delà de la liberté d’expression le droit d’insulter et d’humilier des millions de musulmans! Qui trouble l'ordre public ou incite à la haine? Comment voulez-vous que les musulmans se sentent d’égal à égal sans partialité de la part de l’Etat?

En France la règle du deux poids deux mesures est une règle d’or en matière de justice face à l’humiliation de ses concitoyens musulmans lorsqu’ils sont touchés et blessés aussi bien par des politiques que par des médias opportunistes en mal de sensations fortes. S’attaquer à l’islam est la formule magique pour faire sa rentrée politique ou entreprendre une démarche de marketing à défaut de vision ou d’idée intéressante.

Il y a une chose que les français de confession non musulmane doivent garder à l’esprit pour comprendre la réaction à fleur de peau des musulmans. Dès lors que l’on s’attaque avec une volonté préméditée de provocation en caricaturant le Prophète Muhammad (SAWS), les auteurs s’attaquent directement à la dignité et à la personne de chaque musulman pratiquant ou non. Chaque musulman a dans le cœur ou à l’esprit, le hadith qui conditionne la plénitude de la foi musulmane : Le Prophète (SAWS) dit « Nul d’entre vous n’aura la foi complète tant que je ne serai pour lui, plus aimé que ses enfants, ses parents et l’ensemble des gens » (Source Boukhâry et Mouslim).

Pour ceux qui ne perçoivent rien de choquant dans ces caricatures blasphématoires ignobles et exécrables… ne soyez pas alors choqués par l’exacerbation des musulmans qui se sentent touchés dans leur foi, leur dignité et leur fierté. Il est vrai, et nul n’est dupe, que c’est le but recherché par cette minorité extrémiste se définissant comme laïcarde, abusant de la liberté d’expression que la république garantit à ses citoyens dans l’absolu, car dans les faits et la pratique, l’Histoire est là pour rappeler que l’Etat sait punir lorsque d’autres symboles sont touchés tels que le drapeau, la shoah, le négationnisme…

Aujourd’hui, les musulmans ne demandent qu’une chose c’est de vivre en paix dans cette république qui n’est la propriété de personne si ce n’est celle de nous tous. Si chacun dans la société n’a pas l’intelligence de comprendre que nous voguons sur le même bateau et qu’il serait irresponsable de la part de l’un d’entre nous au nom de la liberté d’expression de vouloir, par pur plaisir, réaliser un trou dans les cales du navire, alors l’avenir s’annonce bien sombre pour le vivre ensemble. En France, insulter les juifs c'est de l'antisémitisme, insulter les noirs c'est du racisme, insulter les homosexuels c'est de l'homophobie... insulter les musulmans c'est la liberté d'expression.

Par ces actes stupides mais surtout débiles de la part de cette officine aussi médiocre que Charlie Hebdo, les extrémistes de tous bords ont du grain à moudre pour haranguer les foules qui réagissent sous le coup de l’émotion et de la colère qui en soi est légitime mais malheureusement facilement manipulable.

Nous musulmans, face à ce genre de calomnies et d’insultes gratuites, même si la colère en nous est incommensurable, nous devons respecter deux règles simples :
- Premièrement, face à l’ignorance abyssale des auteurs de ces caricatures, nous devons répondre avec sagesse et mesure pour mettre davantage en lumière le message même de l’islam et la personnalité du Prophète Bien Aimé Muhammad (SAWS).
- Secondement, suivre les recommandations de notre Prophète (SAWS) dans la vie de tous les jours. En effet, nous sommes les ambassadeurs de cette magnifique religion qu'est l’islam. Ces événements ne manqueront pas de créer une véritable curiosité chez nos concitoyens non musulmans qui chercheront à connaitre davantage le Prophète Muhammad (SAWS). Soyons à la hauteur de ce défi que le présent et l’avenir nous imposent.

Des bouffons pourris gâtés, se cachant lâchement derrière la « sainte » liberté d’expression ou la laïcité et en abusant de leur droit tout en négligeant leur devoir et leur sens de la responsabilité, seront légion dans cette société où l’ignorance est le socle commun de la connaissance mutuelle de l’autre qui est différent par sa religion, ses apparences… Cette race de caricaturistes sadomasos tels que ceux de Charlie Hebdo, seront toujours là pour se moquer des musulmans et considérer que l’islam est un cancer… Nous devons prendre de la distance pour ne pas tomber dans le piège de ces fascistes pseudo-intellectuels qui cherchent par leurs provocations à devenir les martyrs faciles de la liberté d’expression. Alors qu’en réalité ils sont les premiers ennemis de cette liberté abusée de manière égocentrique et puérile.

A ceux qui nous reprochent un manque d’humour ou encore qui pensent qu’en islam la liberté d’expression n’existe pas ou peu, nous leur répondons que notre liberté d’expression nous interdit de blesser et d’humilier qui que ce soit, quelle que puisse être son appartenance religieuse, politique ou philosophique. Notre humour ne saurait être humour s’il n’est pas partagé dans un esprit de taquinerie prenant en compte le respect des croyances de chacun. Le blasphème est un crime contre l'esprit de l'humanité faite de communautés.


R.A