Google
 

samedi 24 novembre 2012

À la recherche des mots perdus





Emporté par le vent de mes passions effleurées …
De mes maux à mes lettres, j’en ai fait un bouquet
De mots enroulés dans le parchemin de mes phrases en portrait,
Je vous offre, ce présent en éclosion, par amour des billets.

De mes passions refoulées, sublimées malgré moi, de visions,
L’ambivalence de l’être instable, désespérément attachant,
Que diable ce corps aspire aux passions faites de poisons !
Du cœur à l’esprit, il y a le chemin de la raison désenchantée,

Assis sur le palier de mes œuvres ébranlées,
De ma vie, je contemple ces piliers en ruines sans vie,
Ici et là, mes rêves, mes réalisations atterrées,
Comment donner du sens à ce cœur sans parvis ?

À court d’idées, j’ai réuni les graines de mes voyages,
Du terreau de mes écrits, j’ai visité les recoins de mon cœur,
À court d’inspiration, j’ai sillonné mes souvenirs,
Exploré les chemins sinueux de mes passions sans peur.

J’ai traversé l’embrun de mes pensées,
Accompagné de ma lucidité en convalescence,
Dans ce silence, mon cœur a conversé sans écho, dans l’intimité,
Impuissant et faible, pour un constat sans rémittence,

Mes yeux ont mouillé des perles de sagesse,
Au bon souvenir de mon cœur plein de largesse,
De ce puits de la vie, seule ma foi est source,
Pour un espoir d’avenir en résurgence.

Pour toi, ô âme de ce corps éphémère,
En quête de sens pour tes maux,
Tu as perdu, sur le chemin de la vie tes mots,
Admire ces champs au lexique d’amour en lèvre,

Au loin, une lueur d'espérance, dans ce cœur à l’écoute du Rappel,
Debout ! Nul fatalisme tant qu’il y a un rayon de foi !
Marche ! Le chemin est long, le temps est compté pour toi !
Des espoirs aux attentes, de ton corps à ton âme, tu es responsable.

L’Islam est ta source, dans ce désert déshumanisé plein de passion,
Le Coran est ta boussole, dans cette galaxie de valeurs en perdition,
Ton Djihâd, raison d’être de ta vie, au-delà de ton âme,
Fera de toi, une verve au présent pour un futur éternel sans larmes.


R.A

mercredi 21 novembre 2012

Une fois de plus Gaza !


Une fois de plus Gaza est sous les bombes de l’occupant sioniste avec la complicité de ses mentors que sont les Etats-Unis et l’Europe. Un crime de plus, pour cet état terroriste et infâme, une entité née des péchés de l’Occident.

Des enfants meurent sans que cela n’émeuve la communauté internationale, des femmes sont assassinées chez elles sans que cela ne fasse réagir les féministes, des innocents sont tués chaque jour sans que cela ne fasse intervenir les défenseurs des droits de l’Homme. Mais pire que tout cela, face à ce drame, le monde musulman est un spectateur sans voix et paralysé. Les timides déclarations de quelques dirigeants musulmans qui se démarquent restent plus de la symbolique et de la gesticulation qu'une réelle volonté de solidarité de corps et d'âmes.

L’espoir du printemps arabe pour ce peuple opprimé, depuis que cette entité cancéreuse que l’on nomme Israël a vu le jour dans cette région du monde, se fait attendre au prix de milliers de morts tombés pour la seule faute de vouloir exister et vivre en toute dignité sur leur terre.

Jamais un peuple n’a su résister comme les palestiniens qui ont pour seules armes leur foi et leur dignité. Chaque vie perdue est une pierre à l’édifice de la liberté de demain. Chaque rivière de sang est une source de détermination sans limite. Chaque famille brisée est une raison de ne jamais abandonner la lutte jusqu’au dernier souffle de vie. Chaque vie enlevée est une renaissance pour une lutte encore plus âpre. Les sionistes ont les armes de la mort, nous avons les munitions de la vie et de l’espoir pour une Résistance qui se nomme justice et liberté.

A l’image des suppôts de l’occident balayés par le printemps arabe ce régime sioniste criminel a un calendrier où sa fin est programmée. Ce n’est qu’une question de temps et de circonstance. Rien ne peut arrêter un peuple qui se bat pour sa survie et sa liberté. Ni la technologie, ni le soutien des hypocrites à ce régime sioniste ne peut venir à bout de cette soif de justice et de liberté portée par ces héros qui n’ont que leur corps et leur courage pour lutter.

Face à autant de bassesse de la part de ce régime sioniste, face à autant de traîtrise de la part des pays occidentaux, face à autant d’hypocrisie de la part des dirigeants arabes et des pays musulmans, les défenseurs d’une justice pour ce peuple ont-ils d’autre choix que de soutenir les seuls qui tiennent tête face à ces injustices du siècle que sont la spoliation, le massacre de milliers d’innocents et la privation des libertés basiques que tout être est en droit de réclamer.

Comment ne pas crier vive le Hamas ! vive le Hezbollah ! … Même si on n’est pas d’accord sur tout avec eux et que l’on a une vision d’avenir et une sensibilité qui peut diverger sur certains points… La vraie résistance c’est eux le Hamas, le Hezbollah ! Cette résistance face aux oppresseurs et aux colonisateurs sans vergogne est l’âme de la Résistance au sens noble du terme. Les médias pro-sioniste peuvent se donner tout le mal du monde pour décrédibiliser ces mouvements de libérations, nul n’est dupe ! Qui accepterait que l’on vienne spolier sa terre, chasser sa famille, tuer ses enfants, et vivre dans des prisons à ciel ouvert ? Qui ? La France ? L’Europe ? les Etats-Unis ? …

La France a résisté face au nazisme et elle l’a chassé… le général de Gaulle était il un terroriste au moment de la résistance ? Les pays colonisés ont chassé les colons ignobles et ont obtenu leur indépendance et leur liberté…ces combattants étaient ils des terroristes ? Le mouvement de Nelson Mandela qui s’est battu contre l’apartheid est il terroriste ?... les exemples sont pléthores. L’Histoire est là pour nous prouver que la lutte pour la libération des terres occupées, l’indépendance et la liberté des peuples est ce qu’il y a de plus honorable. Les résistants du présent ont toujours été qualifiés de terroristes par les oppresseurs et leurs alliées, alors que le futur inscrira ces mêmes résistants à jamais pour la postérité leur nom au panthéon des Martyres de la cause juste. Alors, comment ne pas soutenir ce peuple palestinien qui se bat pour sa liberté et qui lutte, par tous les moyens, pour chasser le sionisme et ses hordes de colons sauvages, qui n’ont absolument rien à envier au nazisme et au fascisme. Israël est un vrai cancer pour l’humanité et en particulier pour les palestiniens.

Les juifs sont les premières victimes au présent et au futur des conséquences de cette politique sioniste. Les sionistes par leur vision et leurs actes infâmes sur ce peuple démuni que sont les palestiniens, alimentent et entretiennent l’antisémitisme dans le monde entier. Il est évidant qu’il faut être vigilant à ne pas faire d’amalgame entre le judaïsme qui est une religion respectable au même titre que le christianisme, l’islam…et le sionisme qui est une idéologie fasciste qu’il faut dénoncer et combattre sous toute ses formes.

Il est grand temps que les défenseurs de la justice et les amoureux de la liberté se solidarisent pour dénoncer et combattre ce nouveau fascisme qui sévit en Palestine occupée. Honte à tous ces intellectuels et pseudo-dignitaires qui par peur de stigmatisation et de mise au ban se taisent ou deviennent même complices. Face à l’injustice aussi flagrante, il n’y pas d’autre solution que la résistance sous toute ses formes ; armée, politique, littéraire, artistique…

Lorsque le monde lira cette page de l’histoire de la Palestine, l’évidence d’un parallèle avec les ghettos de Varsovie, les camps d’Auschwitz et autres haut-lieux de la barbarie humaine à l’état pur, donnera des sueurs froides surtout lorsque l’on sait que ce sont les enfants ou petits enfants rescapés de ces camps de l’horreur qui agissent d’une façon aussi terrible que les nazis ou les fascistes qui ont décimé une partie de leur ancêtres. Un jour, les juifs trompés et manipulés par les idéologues et les acteurs du sionisme feront actes de repentance devant le peuple palestinien. La France la fait pour ces crimes, l’Allemagne la fait pour sa barbarie… l’Histoire grandira les juifs qui seront à genoux pour cette repentance face à leurs crimes passés et présents…

La fatalité n’est pas un destin envisageable pour un peuple qui est prêt à mourir pour sa terre et sa liberté. Des siècles durant, la Palestine a été occupée. Elle a toujours su se libérer par le sang de la vie et les larmes de la mort. Chaque enfant musulman, devant autant de crime et de complicité, est un Salah-Ad-Din en puissance. L’endurance et la patience sont l’essence même de toute Résistance.


R.A

mardi 6 novembre 2012

Dans la cité des mort-vivants


Le blog Esprit Critique &  Pensée Libre a le plaisir de vous offrir un extrait de l’ouvrage : La marche d'une Renaissance

"... Chaque matin est devenu une angoisse étouffante, à tel point que le quotidien devient ce rêve que l’on fuit. Est-ce un cauchemar ou la réalité que je vis ? La réponse est dans ce rayon de soleil qui tôt le matin vient me caresser tendrement pour m’annoncer la naissance d’un nouveau jour. Mes yeux s’ouvrent, et j’ouvre la porte donnant accès à la cité qui avec ses voies et ses avenues, ses édifices et ses artifices, a tant souillé l’âme...
D’un cœur bien que repentant, à peine le pied mis dehors voilà que la vue se laisse recouvrir par le voile d’illusion de son charme. L’ouïe se laisse assourdir par les chants alléchants de tous ces diables de la perte. Les pieds sont tentés d’aller là où l’envie les pousse. Quant au cœur il est sans cesse sur le point de céder à tout instant.
Tandis qu’on admire longuement tous ces palais et châteaux plus que somptueux, et aux pieds desquels l’humain mendie l’amour dans l’indifférence totale des passants, on oublie que ce luxe est là pour témoigner de la mort des cœurs de ceux l’adorant. Tout autour, les rues et ruelles débordent de corps exhibés sans la moindre pudeur et qui par leur charme irrésistible finissent par faire chavirer dans leur ivresse les cœurs oscillants...
Encouragés par la faim, attiré par la richesse, tenté par le pouvoir et cédant face à la dérive morale qu’entretient la nudité au grand jour, nombreux sont ceux qui sont poussés à vivre des envies orchestrées par les tendances du moment. Tendances au service de l’immoralité érigée en moralité et prônée par le diable, cet ennemi masqué.
Telle rue finit par nous rappeler untel de nos péchés commis à cet endroit. Telle autre rue tel autre péché. Le péché nous guettant à tout coin de rue de cette cité devenue un cimetière où chaque tenté enterre son cœur sous la terre de ses délires. Je me réfugie dans un lieu de prière entouré par ses ci beaux jardins recouverts d’arbres et de plantes afin de m’évader loin de toutes ces tentations.
Ô lieu de prière innocent au milieu de ces tours coupables, reçoit ce front qui devant son Créateur tombe sur ton sol. Laisse-toi asperger par ces larmes d’effroi qui de ces yeux se lâchent en ces mots : « … Patiente, ô âme en moi qui sur son sort se lamente. Le temps de l’ultime rencontre avec Allah est tout proche. Face à l’effroi se dégageant de la Justice divine nul ne t’accompagnera hormis tes actes. Hélas, tu ne pourras rattraper ton passé pour nettoyer tes méfaits d’antan. Ne sois point avare de tes larmes. Pleure donc jusqu’à épuiser ta dernière goutte pour te purifier de ta souillure bien injuste… ».
Dans la pierre de ces édifices vaniteux où chaque coin et recoin est façonné, l’humain a gravé son amour qu’il témoigne pour ce monde. Ô combien est grand cet amour qu’il lui voue tandis qu’il est condamné à le quitter à tout moment. Pourquoi donc s’attacher autant à ce qui tôt ou tard se détachera de nous ? La cupidité nous rend férocement avide, le plaisir de la chair nous attisant tandis que la soif de prendre le dessus nous rend quelque part un peu plus injuste. Le Mal s’est habillé de son plus beau vêtement trompeur. Tellement fascinant aux yeux de ceux privés de discernement que l’immoralité court à tout coin de rue sans que cela ne dérange personne. Que faire dans un monde qui ainsi se tue par son propre feu tout en croyant bien faire ?
Devrais-je me priver de mes yeux, de mes oreilles, de mes pieds et de mes mains pour me préserver du Mal ? Non, la vraie foi consiste à rester fidèle à Allah tout en faisant bon usage de nos facultés mises à l’épreuve de la tentation. La piété ne consiste pas à se priver de ses facultés mais c’est plutôt de priver ces-mêmes facultés de leur propre mal à une époque où le faux masque le vrai, tandis que l’égarement manifeste se forge en guidée aveugle. Détrompons-nous, car nos agissements sont bien de nature à nous pousser devant la Justice du Créateur. Ne voyons-nous pas que rien est là pour rien et que toute chose est habillée de sa finalité ? Chacun porte sur son dos le poids de sa conscience. Tôt ou tard à la Barre du Très-Haut, nous serons traînés.
Tout pur, le matin je suis sorti léger comme le vent. À l’approche du soir, souillé que je suis devenu, je retourne tête baissé en fautif à ma demeure pour que mon âme se douche sous les pleurs du repentir.
Pendant que je regarde le dernier rayon de soleil me quitter en m’abandonnant à l’obscurité de mon cœur, les remords me rongent de l’intérieur pour finir par chasser un sommeil si attendu. Les larmes de regrets me tiennent compagnie jusqu’à ce que ce corps en coupable tombe dans le lit.
 Allah c’est à toi que je m’accroche par la force de ces larmes coulant sous la charge de cette honte qui sur ma conscience pèse de tout son poids. Bien qu’impuissant je sois face à moi-même, rien que par amour pour toi, je mets sous mes pieds le Mal qui tente de me tromper à ton sujet.
Allah, si tu ne me donnes assistance face à la tentation voulant me dépouiller de ton dépôt qu’est ma foi en toi, certes je serai du nombre des perdants. Pardon pour autant de péchés commis sous ton regard ne me quittant, tandis que mes yeux remplis de sommeil se referment sur ce cauchemar dans l’espoir de ton pardon..."

Pour information : Cette ouvrage est disponible sur commande en nous adressant une adresse de livraison via le mail info.critique@gmail.com .
R.A
 

lundi 5 novembre 2012

Sur le chemin de la vie


J’ai rencontré un rayon de soleil égaré,
Je l’ai accueilli dans mon jardin secret au cœur perdu,
Sa chaleur a donné vie à une passion de folie,
Sa lumière a éclairé les couleurs de l’amour,

Au-delà des rêves, un voyage dans un monde fantasmé,
Inconscient, au gré des vents de la passion, nous voilà éperdus,
De près ou de loin les souvenirs font battre ce cœur en émoi,
Les larmes confuses témoignent dans la solitude une tristesse emparée.

Il y a des jours sans lumière pour cet esprit éberlué,
Il y a des nuits sans obscurité pour ce corps fatigué,
Ce cœur épris de passion, vogue à vue sur les vagues de son destin,
D’illusion en espoir, de mirage en désespoir d’une histoire prélue sans fin,

Il y a des rencontres que l’on voudrait ne jamais perdre,
Des regards que l’on voudrait ne jamais oublier,
Des mots que l’on souhaiterait gravés dans le marbre,
Il y a des êtres qui éblouissent la raison des cœurs aveuglés,

Mais la vie est ce temps qui ne s’arrête pas à nos envies,
De promesse en serment, les cœurs veulent un pacte éternel,
Les esprits s’embrassent pour une communion de circonstance,
Et voilà qu’un mot, une phrase, une attitude dévoile la passion cachée.

Aussi fortes soient-elles les passions d’une rencontre,
Aussi belle soit-elle l’histoire en ébullition,
On fini toujours par revenir à la réalité,
A des lendemains de réveils désenchantés.

Allah ,de ce rayon tu as fait mon miroir sans étincelle,
De cette chaleur, tu m’as éprouvé à jamais,
Aujourd’hui, j’implore Ta miséricorde pour cette paire,
Pour une vie éclairée par Ta grâce en toute sincérité.


R.A