Google
 

lundi 11 mars 2013

Ma Bohème



Un rêve sans sommeil en plein champ,
Te voilà dansant dans mon imaginaire lancinant,
Mon esprit contemple ta splendeur de saison,
Tandis que mon cœur va-t-en guerre avec sa raison.

Tu m'as visité, dans ton bel apparat, une nuit d’automne,
Exposé au zéphyr des caresses de la pénombre, sans que je ne m’étonne
Tu as trouvé, sous le palier de mon âme la clef de mon cœur,
Je t'imagine, chaque jour, depuis le premier regard sans lueur.

Tu es ma bohème, fascinant mes rêves,
Que mes passions à fleur de peau ont imaginés,
Que l'improbable bousculé a réalisé sans trêve,
De fortune, pris sous ton charme, me voilà enlisé.

Tu as pénétré ma citadelle interdite en esquivant ma raison sans tour,
Tu as allumé en moi les chandelles de l'amour,
De toi j'ai connu la douceur et la tendresse,
De toi j'ai aimé comme jamais dans cette vie de détresse.

Tu es ma belle de vie au destin croisé sur mon chemin,
Le temps d’une pause, à nos âmes éprises de solitude,
Dans les abysses de nos esprits éberlués de fantasmes,
Au-delà des apparences pour ces aspirations frivoles,

Tu me manques, sans nul doute, dès l'instant que tu me quittes,
Je ne peux te retenir, même dans mes rêves sans limite,
Telle une rose dans la main d’un amoureux déséquilibré,
Ta présence m'enivre pour une overdose de plaisirs inavoués…

Ô Allah ! Que ta miséricorde enveloppe nos âmes en liesse,
Que Ta grâce ramène nos cœurs à la raison sans faiblesse,
Nul doute, sans Ta guidé aucune âme ne trouve sa quiétude,
Préserve-nous des délices devenant l’opium de nos cœurs ignorant tes préludes!

R.A