Vos Poèmes Sélectionnés

Google
 

mardi 7 avril 2015

Douce muse



Ô douce muse,
Qu’as-tu fait à ma plume ?
Me voilà en pleurs, désarmé,
Inoubliable, sensuelle tu l’es,

Ô douce muse,
Qu’as-tu fait de mes rêves ?
Me voilà sans étoile,
Filante tu l’es,

Ô douce muse, 
Qu’as-tu fait de ma joie ?
Me voilà sans sourire,
Tristesse tu l’es,

Ô douce muse,
Qu’as-tu fait de mes goûts ?
Me voilà plein d’amertume,
Acerbe tu l’es, 

Ô douce muse,
Qu’as-tu fait de mes plaisirs ?
Me voilà agoraphobe,
Fatale tu l’es,

Ô douce muse,
Qu’as-tu fait de ma foi ?
Me voilà perdu,
Éphémère tu l’es,

Ô douce muse,
Qu’as-tu fait de mes engagements ?
Me voilà plein de solitude,
Envahissante tu l’es,

Ô douce muse,
Qu’as-tu fait de mon luth ?
Me voilà silence,
Évanescente tu l’es,

Ô douce muse,
Qu’as tu fait de mes principes ?
Me voilà sans flagrance,  
Irrésistible tu l’es,

Ô douce muse,
Ici et là, par-delà,
L’amour consume,
Sans braise, ni vent …

Ô douce muse,
Indigne je le suis...
Qu’Allah me rappelle,
Pour une dernière évasion.

R.A


16 commentaires:

Assiyah a dit…

Très beau, on sent le cri douloureux du coeur sans lequel nos âmes seraient sans saveur.

Anonyme a dit…

Ecrits sublimes!
Nous nous perdons dans ce sentiment incompris tant douloureux tant réjouissant que puisse être l'Amour!

Bonne continuation.

Cinda

Anonyme a dit…

Çok güzel, continue comme ça !

Anonyme a dit…

Très joliment écrit. Le ressenti s'intensifie au fur et mesure des paragraphes. Continue de faire bonne usage de ta plume.

Mugi.

Kofi a dit…

Et cette fois, tends moi un drap, ouvre tes bras, que pour toi je tombe une dernière fois...mais voilà que le drap sans vent s'envola tandis que ses bras se levèrent pour retenir le drap qui se mit à flotter comme frôlant le ciel tel un cerf-volant tel un drapeau de paix immaculé de blanc...

Wassila a dit…

Magnifique texte !! Tu as une jolie plume continue comme ça

Amira Kerrache a dit…

Comme toujours c'est très beau et pleins d'émotions ! J'aime bien ce texte parce qu'on sent vraiment le dilemme entre le cœur et la raison enfin c'est comme ça que je l'ai perçu ; bonne continuation salam alaykoum !

Anonyme a dit…

Se consumer d'amour,mais se rendre coupable d'aimer, et demander à Dieu de nous sauver de cet état, de nous rendre libre.

Est ce que toutes ces émotions ne viennent pas de cet interdit ? .

Et si on pouvait ressentir ces émotions avec le non interdit si on se donnait donc le moyen d'exister, de vibrer, d'aller dans l'intime de l'autre et de soi même, tout en gardant sa foi dans cette dignité que nous devons avoir ? une foi identique et sereine qui ne nous met pas dans la culpabilité d'amour ?

Et si on s'entretenait avec sa femme, son mari, sans limite, et ainsi on devient libre, en gardant sa foi... Et si on osait aller vers sa femme, son homme, sans se sentir "honteux" de vouloir vibrer. Et si on osait ?


Toujours cette même question, et si l'interdit augmentait les émotions ?

Un joli cri d'amour écrit, sur une mélancolie que l'on perçoit, et un appel qu'il nous délivre de ceci..

J'aime.. beaucoup à dire mais peu de mots, et sûrement aussi que je n'arrive pas à décrire ce que je ressens...

quemooi

Eda a dit…

Je découvre ce blog et je suis agréablement surprise!
Ce texte est très beau et touchant.
Bonne continuation, c'est un plaisir de te lire :)

Nouria Rgg a dit…

Quel message de douleur et d'amour pleins de ressenti et d'émotions .. Sincerement c'est merveilleusement beau, ta plume est vraiment belle.
Bonne continuation

Anonyme a dit…

Très beau texte. C'est un réel plaisir de vous lire. Continuez! :-)

Meri a dit…

C'est jolie.... Tu fais partager ce qu'est le sentiment d'aimer ce que l'on ressent cette perdition....
L'amour un sentiment qui peut nous plonger dans les abîmes de l'enfer si l'on ne prête pas garde !

Mahdhi Ghada a dit…

Tout est beau , tu as une très belle manière de s'exprimer , je vous félicite esprit libre vous avez atteint un niveau si difficile à y arriver !!

Gul C a dit…

Cet SOS est poignardant ...

Anonyme a dit…

"L'amour est un tyran, qui n'épargne personne" disait l'Infante amoureuse secretement de Don Rodrigue (Le Cid)

Comme cette parole est juste...
Si l'on savait dès les prémices, que l'amour est un précipice, peut être eût on aimé avec moins d'ardeur et plus de précaution. Mais il en est ainsi, et celui qui goûte au poison ne peut s'en défaire completement.

Chouchou a dit…

Magnifique! Cet écrit nous dévoile les cris du coeur, les plus douloureux...