Google
 

mercredi 12 juillet 2017

Froissé






J'ai froissé bien des feuilles,
Déversé bien des mots,
Brisé pléthores de plumes,
Je n'ai pu trouver les mots justes,
Je n'ai su décrire sans peine,
Comment d'écrire le sublime ?
Comment saisir la beauté ?
À tes pieds je me perds ...
Un regard de toi, immense frisson,
Un mot de toi, merveille
à foison,
Tu es la sensualité, la venus,
Tu es la douceur, l'élégance à nu ,
Fait de moi ton regard, à jamais,
Fait de moi ton rubis, pour toujours,
Je serais le valet de cœur,
L'amant de la raison sans mais,
À toi ces pauvres mots, indignes,
Ces modestes paroles, à toi,
La sincérité de ces lignes,
Au tropisme plein de foi ...
R.A

1 commentaire:

medhi a dit…

Cette poésie est d'un sublime. Je n'ai pas d'autres mots. Mon quota a été dépassé...