Google
 

lundi 17 juillet 2017

Ivresse





De cette première tendresse,
Une ode de frisson en liesse,
Pour une caresse à l'ivresse.

De ce corps imprégné dans le calice,
A la liqueur de plaisir au délice,
J'ai bu l'absinthe de tes prémices.

Ta main posée, à fleur de peau,
Sur les rives d'un horizon en étau,
Mon cœur se libère de ses maux.

Près de toi, ma raison en élision,
Se nourrit des fruits de la passion, 
Malgré mon épiderme en suffusion.

Au regard croisé, une envolée de vers,
À l'automne où résonne le brame des cerfs,
Saisi mon destin, emporté par le Cers.

A ta chaleur, je ne peux résister sans lésion,
Ton charme fait de moi un astre en fusion,
Pour une coulée d'amour à profusion.

De toi, une jouissance au firmament,
Où mon esprit se délecte lentement,
Pour un ressentit enjoué, tel un filament.

Dans ce silence fait de rêve lointain,
Où la parole s'envole sans lendemain,
Je suis resté là, sans voix, tel un dédain.

Devant tant d'espoir, en larmes,
Me voilà, nu de mes fantasmes,
Au chant déroutant des orgasmes,

Tu as fait de cette nuit,
Une romance sous la pluie,
Pour un instant qui a lui.

De passions échaudées  aux effluves charnelles,
À la lueur d'une fusion dansante à la chandelle,
Nos ombres se dévorant, telles des sentinelles,

Nous voilà inscrit, destin croisé,
De foi et d'épreuve, certes enlacées.
À Allah ! nul doute le sors des destinées ...


R.A

1 commentaire:

cheminant a dit…

Waouw. Super poème vraiment. Tes images sont toujours bien décrites.