Google
 

lundi 13 novembre 2017

Dîwan : " J'ai admiré "




J'ai admiré les cieux,
J'y ai senti la pluie de mon cœur,

J'ai parcouru la terre,
J'y ai aperçu les semences de mes mains,

J'ai perdu mon regard sur l'horizon de la mer,
J'y ai recueilli l'écume de mon âme,

J'ai regardé les arbres,
J'y ai vu les racines de mon cœur,

J'ai senti les fleurs,
J'y ai vu le parfum de mes opinions,

J'ai scruté les étoiles,
J'y ai vu l'éclat de mes rêves,

J'ai regardé le rossignol,
J'y ai vu un hymne de mes amours,

J'ai regardé les muses,
J'y ai vu le diable de mes passions,

J'ai parcouru les livres,
J'y ai des vers pleins de signes,

J'ai fini par regarder mon cœur,
J'y ai vu mon âme assoiffée pour une foi.

R.A

Dîwan : " Ivre d'amour "



Mon âme se rend pour tes beautés, Maîtresse,
Mon âme se rend pour tes yeux renversant, sublime,
Mon âme se rend pour ce doux ris, pour ces lèvres tout plein d'ambre et de musc,
Mon âme se rend pour tes baisers ô Mumtaz.

Mon cœur se meure pour tes cheveux d'or,
Mon cœur se meure pour l'embonpoint de ce trop chaste sein,
Mon cœur se meure pour la tendresse de cette douce main,
Qui comme à chaque fois me guérit.

Je ne suis plus moi pour le brun de ce teint,
Je ne suis plus moi pour cette voix mélodieuse dont le beau chant m'étreint comme personne.
Je ne suis plus moi sans ton amour
Je ne suis plus moi sans ta présence, sans ton attention.

Je veux mourir ivre d'amour, qu'au sang je porte enclose, ô Mumtaz
Toute une nuit au milieu de tes bras.

R.A