Google
 

vendredi 26 janvier 2018

Dîwan : " Tu es morte "




Ô Mumtaz, à cette source tu as bu.
Tu es morte – et la source n'a pas tari.

Ô Mumtaz, à ce miel tu as goûté.
Tu es morte – et le miel est resté aussi doux.

Ô Mumtaz, sur ce rosier tu t'es penchée.
Tu es morte – et le rosier fleurit toujours.

Mais mon cœur, tu l'avais pris entre tes mains.
Tu es morte – et mon cœur repose dans sa tombe.

R.A

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Le dernier vers est vraiment dans le style des poètes arabes, avec leurs thèmes de predilection : le drame de la fatalité,la séparation mais l'amour toujours immortel.

En bref, ta poésie est d'un autre âge, d'un autre temps. Et c'est là tout son charme.

Anonyme a dit…

C'est merveilleux! Quand il y a un amour passionant et FiLAH l'amour ne meurt jamais, rien ne meurt vraiment machaALLAH

This is her (Z-V)

Narimene a dit…

Magnifique je suis obliger de partager ce talent sur ma page !!
Qu'Allah te protège:)