Google
 

mardi 16 janvier 2018

Dîwan : " عزلة "




Ô Mumtaz !
L'instant est vide et triste,
Ô Mumtaz ! autour de nous ;
Seul l'amertume subsiste !
Le présent qui survit nous change tous.

Ô Mumtaz !
Sans toi la vie est sans envie
De ma jeunesse je n'ai pu resplendir,
Le palais étroit se remplit sans vie
Le soleil et la lune nous ont vu grandir !

Ô Mumtaz !
Mon sablier se vide avant l'heure,
Je finis par ne m'accorder jamais rien !
Pourtant ma faiblesse pour toi demeure :
Je t'aime il est vrai avec mon cœur ancien,

Ô Mumtaz !
Tu sais mon cœur, celui qui s'attache
Loin de toi, le spleen y est né,
Mon cœur celui même de mon enfance , celui sans tache
Celui que l'on m'a confié, que l'on m'a donné, 

Ô Mumtaz !
Mon cœur où la lumière ne pénètre,
D'où même une ombre ne sort ;
Je t'aime de tout mon âme, de mon être
Comme la vie contre la mort,

Ô Mumtaz !
Défier, je le fais, la mort même,
Si le destin de l'homme est tel
De ce qui subsiste en moi, je t'aime
Avec ce que j'ai d'immortel.

R.A

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Encore un de mes Diwan préféré 😊

--This is her (Z-V)

Anonyme a dit…

Sublime poeme cher poete !