Google
 

lundi 5 février 2018

Ah si j'étais



Ah si j'étais au crépuscule l'alizé qui
Parfois à le bonheur de caresser tes joues,

Ah si j'étais au petit matin cette lueur qui
Parfois brille dans le noir de tes prunelles,

Ah si j'étais à midi cette ombre qui
Parfois se retrouve seul avec toi pour un bonheur intime,

Ah si j'étais le soir ce pincement qui
Parfois embrasse ta poitrine, ou oscille près de ton cœur,

Ah si j'étais la nuit ce papillon qui
Parfois se pose pour un baiser à nu sur ton épaule avant le bain,

Ah si j'étais à jamais ce grain qui
Parfois se révèle de beauté près de ton décolleté ...

Ah si j'étais ce privilège de soie qui
Parfois comme jamais profite de ta douceur à nu sur ton corps ...

Ah si j'étais ce «si» je serais ce «Ah» qui
Parfois révèle le bonheur d'être à tes côté...

R.A

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Fantastique ta façon de parlé d'elle ! Un bonheur pour les yeux.

Anonyme a dit…

C'est exactement ça! C'est fantastique la manière avec laquelle tu parles d'elle. Elle en a de la "chance".
J'aime beaucoup les "si" et les "mais" seulement quand il y a un "si" il ne peut y avoir un "mais" sans que le "si" soit triste. De plus, ces"Si" ci peuvent être réel si le silence ne faisait parti de "ces" deux âmes "perdu"

--This is her (Z-V)

Anonyme a dit…

Comment faire un choix, jeune musulman alors que celui-ci a tiré sur mon esprit...