Google
 

mardi 6 février 2018

Et pourtant



Et pourtant, il y a cette douleur toujours plus forte ...

Ivre de toi, tout semble si beau, même le bouge,
La banalité ici respire un luxe miraculeux,
Où l'indifférence en devient presque fabuleux,
De vers de vin, mon esprit se gorge de sa vapeur rouge,
Telle la lune éméchée dans un ciel cramoisi et nébuleux...

Et pourtant, il y a cette douleur toujours plus forte ...

Qui oblige l'opium à secourir l'âme de l'infinité,
Repousser les murs d'un espace sans bornes,
Élargir toujours et davantage l'illimité,
Diluer le temps, creuser la douceur et la volupté,
Là où la jouissance est noires et mornes.

Et pourtant, il y a cette douleur toujours plus forte ..


Au creux de cette poitrine prête à la mer,
Chargé du fardeau de l'être, au-delà de sa capacité ...
Mais rien de cela n'est comparable au poison qui découle
De tes yeux à mes songes qui s'agglutinent en foule
Pour se désaltérer dans ces abysses amers.

Et pourtant, il y a cette douleur toujours plus forte ...

Mais rien est à la mesure de ton baiser prodige
De tes lèvres suaves, irrésistibles, qui mord ...
Qui à l'ombre des cieux plonge mon âme sans remord,
Dans l'oubli tout en charriant mon vertige,
Sur les vagues de la passion aux rives de la mort !

R.A

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Et pourtant il n'y a pas de chance, malheureusement!!! C'est beau comment tu décris cr sentiment très cher!!!

--This is her (Z-V)