Google
 

mardi 10 avril 2018

Fragile candeur




Sur le palier de son cœur languissant,
Les yeux fermés, une image, une odeur,
Voilà un fracas, de souvenirs puissants,
Sortant le cœur de sa fragile candeur.

Un regard à la fenêtre, voilà la tempête,
Surprise par le noir lointain,
L'effroi saisi le corps, puis la tête,
Et voilà la vague du soir et du matin.

Les yeux brouillés des cils aux larmes,
Sans mot dire elle embrasse la morne volupté,
Sans maudire elle se livre sans armes,
Le combat est futile, elle est fragile beauté.

Entre peine du présent et passé de joie,
Elle contient l'amour des feux ardents,
Elle se sait vulnérable telle une proie,
Elle n'a d'autre choix, serrer les dents.

Oui hier est là, à la porte de la beauté frêle,
Le temps d'un tourbillon la bobine s'envole
Sa douleur se dilue la libérant d'elle,
Tout revient comme hier, se réveille s'emballe.

La passion à un prix, celui d'être victime
La litanie muette psalmodiée n'est plus,
Et d'ingratitude infinie l'âme est sublime
Tel une œuvre inachevée, sans plus.

Debout elle finit par calfeutrer ces choses.
La raison se saisit pour ne rien offrir
L'esprit supplie un tsunami pleins de roses
Au sacré frais avant de voir le charme flétrir.

Derrière ces rideaux fermés, un monde,
Fait de solitude réclamant le repos,
Fatiguée de lassitude profonde,
Maintenant elle aspire à la fraîcheur des tombeaux.

Reculée en son âme, errantes, condamnées,
La traversée du déserts n'en finit plus,
De toute les étoiles le ciel des âmes est désordonnées,
Elle reste là haut comme une étoile morte pour vous !

R.A

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Je n'adhère point le fait que je ne trouve pas de mots assez stupéfiants pour te donner les éloges méritées!

This is her (Z-V)