Google
 

jeudi 9 août 2018

Le vin de l’amour



 

Comment oublier cette apparition !

Un soir paisible, appuyée à la rampe
De sa balustrade, admirant les cieux.
À travers les rideaux, la clarté d'une lampe
Rayonnait sur son visage à l’air sérieux.

Ses cheveux soyeux, magnifiant sa tempe,
Se balançaient, embellissant son visage gracieux,
Telle une rose effeuillée qui sur la neige rampe,
Sous un ciel étoilé scintillant dans ses yeux.

De cet instant, où le silence se tue devant le mystère
Seules les jérémiades de la houle aux murmures confus
Contrarient l’alizé dans les coquillages frémissants et touffus.

Les yeux rivés vers le ciel, elle ignorait la terre,
Moi, je l’épiais admirablement, et j'ignorais le ciel !
Ô sublime présent ! Le vin de l’amour est miel !

R.A

1 commentaire:

ROMOLI Magali a dit…

Très beau. Un plaisir de lire .