Vos Poèmes Sélectionnés

Google
 

samedi 28 mai 2011

Vous avez dit Islamiste!!!?

En ces temps de modernité débridé, la société ou plutôt les gendarmes de la bien pensance imposent des définitions à tout vent, comme si du haut de leurs tréteaux artificiels ils avaient le monopole du contenu et de la substance des mots qui sont semés dans les champs lexicaux que la populace ira cueillir une fois que les germes de la discorde seront mûr pour goûter et propager les fruits de leurs maux. I’islamiste serait d’après certains, l’aboutissement d’une mutation dont la finalité ne peut être autre chose que ; terroriste potentiel ou intégriste invétéré. Les musulmans qui manquent de courage ou de conviction sont tétanisés à l’idée que l’on qualifie leur pratique, leur attitude, leur conviction religieuse et leur positionnement politique ou idéologique, d’islamiste.

Être ou ne pas être islamiste ou qualifier d’islamiste ? Comment se positionner pour nous musulman dans ce torrent de qualificatif où chaque mot est galvaudé et dénaturé de son sens premier. La versatilité des mots et de leur sémantique selon les contextes et les acteurs concernés nous font perdre notre latin et notre lucidité. Ne soyons pas incrédule il faut affronter la réalité avec discernement sans être timoré face à notre destin de musulman vivant en occident dans un environnement hostile pour notre identité spirituelle et politique. Le bouclier du musulman est sa foi en Allah et son glaive est sa science basée sur le Coran et la Sunna du Prophète (sav). Notre cœur et notre raison ont pour obligation d’œuvrer pour la justice et le juste milieu.

La mécanique de dénigrement que les musulmans pratiquant subissent est tel que peu importe les esquives ou la fuite en avant que certains adoptent pour plaire à l’opinion ambiante. Les musulmans soucieux du regard d’autrui n’ont en réalité que le choix entre un sécularisme aseptisé des moindres traces de foi qui les coupent d’une partie de leurs frères en religion ou un discrédit du double langage pour les juges de la bien pensance.

L’islamiste est par définition un défenseur de l’islamisme qui se comprend avant tout en occident par une approche politique se décrivant comme une idéologie se réclamant de l’Islam qui a des ambitions sociales et politiques, son effort porte sur la conduite des hommes et prône la solidarité et la fraternité au sein de la communauté, des valeurs éminemment respectable que chacun peut revendiquer. Jusque-là pas de problème, là où tout se complique c'est le fait que cette « idéologie » ou "régle de vie" prend sa source essentiellement dans la Charia qui plus qu’un code de conduite, est un ensemble de lois régissant tous les aspects de la vie. Il faut se rendre à l'évidence c'est la Charia qui pose problème et qui déclenche l'hystérie et la haine chez ceux qui combattent l'islamisme.

Il faut comprendre pour nous autre musulman, que le vrai problème pour les pseudo-intellectuels qui se définissent comme les lumières de la modernité et du progrès c’est la Charia qui est combattue à travers leur rejet de l’islamiste et de l’islamisme. L’occident mais également certains pays à majorité musulmane dont la pratique laisse à désirer doivent comprendre que la notion de Charia et tout ce que cette dernière comprend est le cœur même de l’Islam dans sa transcription pratique. Aucun Musulman censé ne peut accepter de rejeter la Charia tout en se proclamant Musulman. Le Musulman est par définition viscéralement attaché au Coran et à la Sunna du Prophète Muhamed (sav) donc à la Charia. Le musulman est par défaut un islamiste si l’on doit se positionner sur l’acceptabilité ou pas de la Charia au regard des sociétés sécularisés.

Où sont les musulmans qui ont le courage de leur conviction et de leur foi ? Jusqu'à quand allons-nous baisser la tête de peur d’être taxé d’islamiste ? Doit-on avoir honte de notre héritage spirituel ? Doit-on vivre pour le regard d’autrui au détriment d’une quintessence de nos convictions ? Quel est le but recherché par nos détracteurs de pacotille ? Pas besoin d’avoir fait de grandes études, leurs intentions sont aussi limpides que l’eau de roche, nous devons à leurs yeux pratiquer un islam à l’image de ce qu’ils ont fait du christianisme ou du judaïsme. Pour eux les musulmans doivent récrire le Coran et la Sunna pour une adaptation à cette soit disant modernité dont ils prétendent avoir l’unique définition et la paternité. Alors, pour ceux qui veulent plaire à cette intelligentsia anti-islamique, il ne vous reste plus qu'à affirmer haut et fort que vous êtes musulman de culture ou que vous prenez de l’Islam que la partie philosophique au sens folklorique avec une aseptisation accentuée de la pratique de tout ce qui peut sortir du canon définissant l’épicurien des temps modernes. Vous devez pour eux troquer l’au-delà pour un ici-bas d’errance.

Pour ceux qui ont une étincelle de foi sincère en Allah et un brin de respect pour le Prophète Muhamed (sav), il est évident que si l’érosion finie par aplatir les plus grandes montagnes, nous ne concéderons pas une once, pas un atome de notre conviction totale au Coran et à la Sunna du Prophète Muhamed (sav) que notre cœur et notre raison ont embrassé par conviction et non par simple héritage. Les fondements et la pratique de l’Islam d’un point de vue spirituel et politique ne pourront jamais être scindés en deux pour une utopique justice de la démocratie que l’occident tente d’imposer par la force au reste du monde.

L’Islamiste propageant l’islamisme donc défenseur de la Charia ! Voilà l’apostrophe qui touche le point sensible des adversaires de l'islam. Ils ont inventé mille et un qualificatif afin d’établir une traçabilité de son origine spirituelle et politique. Le regard extérieur a sans nul doute la hantise de l’union sous l’unique bannière de l’Islam. Pour la société sécularisée il faut être inspiré pour trouver toutes sortes d’attribues pour qualifier le musulman et l’islam afin de définir son niveau de toxicité ou de dangerosité pour la société. Rien de plus simple que de semer le doute et la confusion dans l’esprit des musulmans en les plaçant chaque jour devant des dilemmes artificieux pour au final les précipiter dans la tourmente d’une crise d’identité avec de surcroit une anxiété chronique qui les empêche de se défendre en public.

Si pour certain être un islamiste c'est avant tout de respecter la charia telle que le défini le Coran et la Sunna du Prophète, alors quoi de plus naturel que d’être fier d’être un islamiste pour le musulman. Doit-on altérer notre religion et nos convictions dans un irénisme empreint d’hypocrisie outrancier voir même blasphématoire simplement pour le paraitre ?. Les musulmans doivent se libérer de ces carcans artificiel que les médias partiaux nous imposent pour mieux nous flétrir et nous murer dans le silence. La force de notre identité spirituelle est islamique avec des règles et des principes que l’on nomme Charia. Refuser la Charia c’est sortir de l’Islam pour le musulman. Il faut savoir que le Musulman pratiquant embrasse l’Islam dans sa globalité sans renier un iota du Coran et de la Sunna du Prophète Muhamed (sav).

Certains voudraient nous faire croire que « Etre musulman est une chose, être islamiste en est une autre » alors que c’est une absurdité totale pour peu que l’on connaisse l’Islam et ses fondements intrinsèques qui en font sa force. Pour ceux dont l’esprit est déconnecté de la critique, il est vrai que par les temps qui courent cette approche timorée permet un confort éphémère et une paix sociale de convenance. Mais celui dont l’esprit est critique et qui ne recherche ni gloire ni reconnaissance des hommes, sait que la finalité c’est la satisfaction d’Allah peu importe le regard ou le jugement d'autrui.

R.A

jeudi 5 mai 2011

Oussama Ben Laden Martyr ou terroriste ?


Le conditionnel de la langue française est une garantie dans le traitement de l’information essaimée par les médias contemporains. Il est du devoir du musulman en ces temps de conformisme intellectuel et du politiquement correcte de défier les lois de la pesanteur de la bien pensance. Un homme et ses proches viennent d’être abattus froidement par un crime d’Etat sans que cela n’émeuve les hommes épris de justice. Ayant grandi dans une république ou la notion de droit  pour tous, sans distinction de la gravité de l’acte est au centre de la société, je suis stupéfait par la réaction puéril de nos hommes politiques et nos intellectuels en France. Pascal disait « La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique » les Etas Unis viennent de faire la plus belle démonstration de leur tyrannie.

Un homme vient d’être abattu par les troupes américaines, le monde entier semble être dans une liesse morbide assoiffé par une vengeance qui se devait d’être  sanglante et théâtrale pour sacraliser cette peine de mort sans jugement. Les pays qui se revendiquent des droits de l’Homme affichent une attitude jubilatoire dans l’exécution de la loi du talion œil pour œil dent pour dent. Notre siècle ne connaitra surement pas toute la vérité sur les attentats du 11 septembre 2001, mais il est évident que l’homme dont l’occident célèbre l’exécution restera le bouc émissaire du 21ème siècle pour justifier la politique de l’impérialisme américain dans le proche orient.  Cette mise en scène hollywoodienne du meurtre de Ben Laden  au Pakistan, fait oublier le sang et les crimes commis tous les jours par les Etats-Unis et leurs Alliés dans le reste du monde. Les forces soi-disant en lutte contre les terroristes commettent chaque semaine autant de victimes que ceux du 11 septembre. Ce qui pitoyable c’est la facilité avec laquelle l’Europe et d’autre pays se font manipuler par les Etats-Unis.

Si Ben Laden est un terroriste que penser de l’hégémonie occidentale sur le reste du monde. Que penser des droits de l’Homme à Guantanamo ? Que penser des tortures de la prison d’Abu Ghrahib ? Des victimes civiles tuées par les drones américains en Afghanistan ?  Du massacre des palestiniens, du génocide de Gaza à petit feu ? ...      

Le concept et la notion de justice aurait elle une face judéo-chrétienne comme l’histoire de France et de son identité tant discuté ces derniers temps… Mais où va t'on ? Si les états se mettent à traiter le droit et la justice avec des méthodes qui n’ont rien à envier aux vrais terroristes que l’on dénonce et que l’on combat. Ce consensus sur la méthode et la célébration d’un crime d’Etat est plus qu’ inquiétant. Jean Bothorel disait «  Le consensus, c'est l'aliénation joyeuse ». Quel spectacle pitoyable que de voir la soumission des états Européens au Etats Unis face à ce crime contre le Droit au sens noble que tout être humain est en droit d’avoir pour sa défense dans le cadre d’un procès, par simple respect à la mémoire des victimes.

Comment porter nos opinions et notre voix dans ces tsunamis médiatiques qui font de chaque musulman possédant un esprit critique vis-à-vis de la vision officielle du cours de l’histoire, un négationniste, un défenseur de la théorie du complot , d’un terroriste en puissance ou d’un intégriste pour l’accusation la plus légère à défaut ? Comment ne pas être révolté par la violation et le non respect du corps qui n’a pas eu le droit à une inhumation selon les règles islamiques ? Par ce non respect et cette énième humiliation, les américains ont fini par  faire d’Oussama Ben Laden un martyr aux yeux des musulmans et de tout ceux pour qui il faut en finir avec l’impérialisme et la tyrannie américaine. Ils lui ont donné une fin qui réuni tous les ingrédients pour le passage du symbolique au mythe du martyr Oussama.   

Pour le musulman qu’elle que soit les crimes commis par l’homme chaque être a le droit à un traitement digne. Les américains viennent de commettre trois crimes : priver la communauté internationale d’un procès, tuer un homme sans défense et humilier sa dépouille en ne respectant pas le rite mortuaire de sa communauté d’appartenance. Si le monde baigne dans une liesse effrayante pour un temps, combien d’Oussama et de Ben Laden ce meurtre va-t-il engendrer ? Combien de civiles doivent ils payer pour la vengeance aveugle et l’orgueil de nous autres occidentaux ?

Ce qui est grave, au sein de la communauté musulmane, c’est le manque de conviction et de détermination dans leurs opinions en publique, de peur de paraître en décalage avec la tendance générale, nous mimons de la tête et de la bouche alors que notre raison et notre cœur pensent le contraire. Il faut cesser l’hypocrisie du jour et l’honnêteté de la nuit.   Quelque soit la monstruosité des actes d’un musulman, nous ne pouvons excommunier un musulman, certes nous pouvons condamner et dénoncer ces actes mais en aucune manière nous sommes dans notre droit de le juger car seul Allah connaît les cœurs et leurs intentions.

En tant que musulman, que le monde entier sache que la mort d’Oussama Ben Laden ne me réjouit pas ! Pas plus que la mort de n’importe quel être humain que l’on accuse sans preuve et que l’on exécute par meurtre  sans jugement ni défense. Le monde a-t-il perdu tous les repères et les valeurs du droit de l’individu au sens des droits de l’Homme qui nous sont chantés à longueur de temps.  Au nombre de mort, l’administration et la politique américaine  est la pire des organes terroristes à caractère étatique que la terre n’ai jamais porté. Combien de guerre, combien de dictateurs entretenus et armés, combien de victimes et de dommages collatéraux ….. La liste des chefs d’inculpations est tellement longue  que l’océan tarirait si elle était l’encre des juges pour noter la barbarie des Etats-Unis et de leurs Alliés.


Finalement, si Ben Laden est l’auteur de l’attentat du 11 septembre 2001, alors la soi-disant première démocratie au monde vient de le surpasser par sa barbarie, tant par la porté symbolique que par les actes de celui qu’elle présente comme le diable en personne. La méthode employée par les Américains est un crime contre les droits de l’Homme pour les puristes du droit à la justice  et un sacrilège pour les hommes de foi pour qui tout homme à droit un jugement avant sanction  même capitale.

Combien d’être humain sont capables de sacrifier l’opulence et les richesses que la vie accorde à la naissance pour mourir en martyr de ses convictions ? Il est évident  que Ben Laden n’est pas un ange mais il est loin d’être l’incarnation du mal que les médias veulent nous faire admettre lorsque l’on connaît le casier judiciaire de ceux qui se prennent pour des justiciers de l’axe du bien contre l’axe du mal.  Les  musulmans resteront tiraillés entre le rappel de ces deux versets du Coran d’une part  « Et ne dites pas de ceux qui sont tués dans le sentier d'Allah qu'ils sont morts. Au contraire ils sont vivants, mais vous en êtes inconscients.» (Sourate 2, V154.), « A Allah appartient la royauté des cieux et de la terre. Il donne la vie et Il donne la mort. Et il n'y a pour vous, en dehors d'Allah, ni allié ni protecteur. » (Sourate 9, V 116) et d'autre part le poids de la complaisance par simple irénisme.

Que dire du Pakistan et de son gouvernement qui une fois de plus font hontes à la communauté musulmane qui constate chaque jour plus d'humiliation. Quand est ce que les musulmans vont chasser les traitres et les corrompus qui sont au pouvoir et  qui collaborent avec ceux qui piétinent la dignité et l’honneur de la communauté Islamique. Où sont la fierté et la dignité de ce  grand pays qui vit sous perfusion des Etats Unis à cause de la corruption et de ses suppos.

L’odeur des traitres et des lâches se distingue parmi mille parfum, un jour viendra ou chaque personne  qui aura commis ou contribuée à la mort d’un innocent devra rendre des comptes devant Allah. Là où certain absous leurs péchés en réduisant leurs victimes au silence par élimination, le musulman se doit de dénoncer avec force l’injustice et le non respect de la dignité humaine de quelque nature que se soit.    

Qu’un homme commette des crimes relèves de la folie,  mais que penser d’un état qui commet chaque jour des milliers de morts par des interventions directs comme en Irak, en Afghanistan, en Libye….que dire de ces états qui occupent et pillent les richesses des pays envahies et occupés sous prétextes humanitaires ou d’exportation de la démocratie alors que leurs seuls intérêts sont économiques et stratégiques.  Pour les guerres en cours, sans parler des crimes ignominieux commis dans le passé, combien de 11 septembre avons-nous chaque semaine. Le numéro un  des ventes d’armes dans le monde ce n’est pas Ben Laden,  c’est bien les Etats-Unis… Combien de 11 septembre ont commis l’armée sioniste en Palestine depuis la création de cette imposture du siècle qu’est l’Etat d’Israël entretenu et soutenu par les Etats-Unis, l’Europe et les dictatures Arabes ?       

Les médias  occidentaux et certains médias des pays arabes font un matraquage de la joie que procure la mort physique d’Oussama Ben Laden (si elle est avérée bien entendu) comme si ce tsunami médiatique ne nous laisse aucune autre option que d’aller dans le sens de l’opinion générale. Si ce crime ne vous rend pas joyeux alors vous êtes suspect. Les donneurs de leçons ont fait de la vie un jeu en dématérialisant  la mort et en désacralisant la vie.  

La  résonance de ce crime orchestré et prémédité,  reflète bien l’état d’esprit américain.  Les États-Unis jouent les shérifs de l’ordre du monde et pratiquent la loi du talion de manière aveugle. Que la mort de Ben Laden ne soit pas une injustice au sens éthique de la vengeance du peuple américain manipulé depuis le début est un fait, dans la mesure où il est difficile de considérer pour les américains que Ben Laden soit un innocent,  lorsque l’on connaît le mensonge d’Etat pour justifier l’invasion de l’Irak et de l’Afghanistan. Mais que dire au sens du droit? Où est passée la notion de la justice qui se traduit dans tous les pays civilisés en une institution qui obéit à des règles et à des lois? Ici les victimes resteront sur leur faim, et le coupable sans procès est victime de la tyrannie et de l’orgueil d’un pays en mal de vengeance. C’est la meilleur fleur que l’on est pu faire à Ben Laden en éliminant sans procès ni jugement.

D’un point de vue humain Oussama Ben Laden, aussi diabolique soit-il aux yeux de l’opinion biaisé par les axiomes d’inculpations gratuites, avait droit à un procès, à s’expliquer sur ses actes. Un autre exemple fut le procès de Saddam Hussein, qui fut jusqu’à son exécution tout sauf l’illustration de la justice. Il ne suffit pas de s’en tenir aux apparences. Mais a-t-on même véritablement voulu capturer Ben Laden ? Sa mort arrange les affaires des Etats Unis car si justice il y avait, la nature véritable de l’administration américaine serait apparu au grand jour. Tous les dictateurs ou les hommes manipulés par la CIA sont préférables morts plutôt que vivant. L’évidence est aussi limpide que l’eau de roche.   

Les crimes reprochés à Oussama Ben Laden  étant des crimes internationaux aux yeux de la communauté internationale, il aurait dû être confié à la cour pénale internationale (CPI). C’était devant elle que justice pouvait être rendue pour que le vrai du faux puisse être discerné pour la postérité et la justice. Or, les États-Unis n’ont même pas ratifié la CPI. La raison est simple, l’idée que leurs militaires et leurs services spéciaux puissent être jugés par d’autres qu’un tribunal américain leur est insoutenable. Ils connaissent la porté de leurs crimes et de leurs injustices sur les autres peuples, mais leurs intérêts sont à leurs yeux bien plus précieux que le sang des innocents qui coule à flot au quatre coin du monde à cause de leur hégémonie tyrannique. Alors je vous pose la simple question, qui est le terroriste et qui est le martyr dans cette obscure histoire ? 

La mort physique si il est avéré de Ben Laden ne laisse pas indifférent la conscience de chaque Musulman pratiquant ou non. Dans l’esprit de beaucoup de musulman doit prendre position surtout pour ceux qui vivent en Europe. Que chacun le sache le musulman est dans les camps de la justice et de la paix. Il est défenseur de la vie et non propagateur de la violence et de la mort. C’est uniquement dans le cas de légitime défense qu’il est en droit de se battre tout en se soumettant au code et aux règles qu’impose l’Islam.    

Cette article va surement en irrité plus d’un, mais le courage du musulman est de décrypter les événements tels qui sont même si il faut aller à contre courant car mon but est l’agrément et la grâce d’Allah peut importe les jugements de valeur que les hommes porteront sur mes propos. 

R.A