Google
 

lundi 29 janvier 2018

Dîwan : " Ton souvenir "



Ô Mumtaz,

Ton souvenir est ce livre à mon chevet, bien aimé,
Que Jahân ne se lasse jamais et n'a point encore refermé,
Tes pages parfumée me hantent
Tes lignes de nostalgie, me tourmentent.

Ton encre humée, je fais mes vœux,
Les yeux fermés comme pour entendre l'écho de ton coeur en son creux,
De ta plume, j'admire les perles déposées d'une main d'orfèvre ,
Où chaque nuance me rappelle tes baisers, ces mots murmurés de tes lèvres ;

Tu es ce trouble qui m'ébranle d'émoi
Lorsque ton silence se propage en moi ;
Loin de toi, je meure tel le chant de ces vagues d'élégie,
Échouant dans tes seins, mes fantasmes se réfugient ;
De ton corps, j'en rêve tous les soirs, même trop parfois,

Je meure de te déshabiller comme l'automne au bois ;
De toi, j'ai besoin de souvenir, d'une chère relique,
Et, l'hiver lorsque le oud bercera mon âme de vers et de proses mélancoliques,
Ressuscité de toi, mon âme, à l'écho religieux,
Embrasera les yeux fermés les flocons de souvenirs tombant des cieux.

R.A

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Ouiii! Ce n'était pas la fin!!! Je m'en réjouis cher inconnu! Tu as tellement d'inspiration que ça me rend le sourire de voir des personnes comme toi exposé leur magnifique don!! MachaALLAH

--This is her (Z-V)